Accueil Histoire 10 Octobre 1983 Maurice Bishop assassiné par l’impérialisme Américain

10 Octobre 1983 Maurice Bishop assassiné par l’impérialisme Américain

Maurice bishop
Le 19 Octobre 1983 Maurice Bishop Alors Premier Ministre de Grenade était assassiné par les marines américains au service de l’impérialisme. Certains oublient que le pouvoir est souvent conquis par la barbarie et se maintient par la violence. D’autres n’ont pas oublié.
 
Né le 29 Mai 1944 à Aruba, Maurice Bishop quitte Grenade à l’âge de 19 ans en décembre 1963 pour étudier le Droit et se former à la profession d’avocat en Grande-Bretagne.
En 1966, Maurice Bishop est admis comme avocat (barister) au barreau de Londres ; après avoir été président de l’association des étudiants antillais de l’Université de Londres. Soucieux de mettre ses études de droit en pratique, il participe à la création d’une structure d’aide juridique pour la communauté antillaise, notamment celle de Notting Hill, à Londres. Il a également été actif, au cours des années 1960, dans un groupe appelé la Conférence permanente des organisations antillaises et au sein de l’organisation « Campagne contre la discrimination raciale » (CARD) au Royaume-Uni. Toujours en 1966, il épouse une jeune infirmière, Angela Redhead.
A partir de 1969 et jusqu’en 1970, Bishop travaille dans la fonction publique en qualité d’examinateur surtaxe.
Pendant le temps qu’il passe au Royaume-Uni, il en profite pour voyager (en Tchécoslovaquie et en Allemagne…) et pour lire Marx, Engels, Lénine, Staline, Mao, et CLR James (un influent trotskyste Trinidadien). Il est également fortement influencé par la Déclaration d’Arusha, proclamée le 5 février 1967 par Julius Nyerere et par l’ouvrage du leader socialiste tanzanien intitulé « Ujamaa : Essais sur le socialisme », publié en 1968 par l’Oxford University Press.
Après un détour par Trinidad, « l’évêque » est de retour à la Grenade, en février-Mars 1970 ; après 7 ans passées en Angleterre.
La même année, un rassemblement appelé le « Rat Island Black Power Conference » a eu lieu au large de St-Lucie. À la conférence qui se déroule sur l’île de Rat, « l’évêque » fait la rencontre de George Odlum (ancien ministre de Sainte-Lucie, décédé en septembre 2003) ; de Rosie Douglas (Premier ministre de la Dominique, mort en exercice en octobre 2000) ; et d’autres intellectuels de la Caraïbe.
 
En 1973, il prend la tête du New Jewel Movement. Ce parti d’orientation marxiste mais également influencé par le courant pan africaniste, représentait la principale opposition au régime autoritaire du premier ministre Eric Gairy, qui dirigeait l’île depuis l’indépendance.
Le 13 mars 1979, le New Jewel Movement profita d’un voyage de Gairy aux États-Unis pour le renverser sans violence (« Opération Apple », nom de code pour le coup d’Etat du 13 Mars 1979). Désormais premier ministre, Maurice Bishop suspendit le parlement et la constitution, et entama une série de réformes d’orientation socialiste. Il s’engagea également dans une politique de rapprochement étroit avec l’URSS, et surtout Cuba.
Rapidement, Bishop se heurta à des difficultés économiques, aggravées par la politique américaine de défiance contre l’île (la privant par exemple d’aide après le passage de l’ouragan Allen en 1980). Des dissensions opposèrent également le charismatique premier ministre, plus modéré et proche de Cuba, à la faction radicale et pro-soviétique de son gouvernement, menée par Bernard Coard, vice-premier ministre et idéologue du régime.
À partir de 1983, la position politique de Maurice Bishop se détériora, et il dut accepter de partager le pouvoir avec Coard. Mais à cause de l’opposition entre les deux hommes, ce compromis ne tint pas longtemps. L’armée fidèle à Bernard Coard déposa Bishop le 13 octobre, et le plaça en résidence surveillée. Le 19 octobre, Maurice Bishop fut libéré par une foule de partisans. Mais quelques heures plus tard, l’armée intervint et tira dans la foule, tuant plusieurs personnes. Sommés de se rendre, Bishop et ses fidèles furent arrêtés et immédiatement fusillés.
L’exécution de Maurice Bishop et les soit-disant « menaces » pesant sur sur les citoyens US de l’île, servirent de prétexte à l’intervention américaine du 25 octobre 1983, qui renversa le Conseil militaire révolutionnaire de Bernard Coard (Opération baptisée « Urgent Fury » : Outre les USA, le Canada et plusieurs pays de la Caraïbe prirent part à l’invasion de l’île).
 
Source : « The Grenada Revolution Online »
Jeff Lafontaine

 

 

 

 

 

 

 
Charger d'autres écrits dans Histoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

Yann……nique

Sa ki bon pou zoi dwet bon pou kanna Président de la commission des affaires économiques o…