Accueil Covid-19 Non ouverture des écoles le 11 mai: Coup de gueule d’une soignante

Non ouverture des écoles le 11 mai: Coup de gueule d’une soignante

nous sommes ouverts

Parce qu’en démocratie toutes les voix doivent s’exprimer. Nous avons ouvert nos colonnes à « Nadine Francois Lubin une Infirmière qui ne supporte plus les enfantillages des professeurs ! »
Jeff Lafontaine

« Monsieur Marie Jeanne et tous ceux qui défendent la cause des professeurs…. il faut savoir que les personnels soignants n’ont pas demandé de délai pour faire face et prendre soin des nombreux patients atteints du covid-19 ; et ce, au péril de leur vie et de celle de leur famille ! Certains y ont même laissé leur santé et voire leur vie.

En dépit de tout cela, Les soignants continuent encore et encore, avec les moyens du bord !
Il faut rappeler à ces chers professeurs que les soignants se chargent eux mêmes de l’entretien et de la désinfection de leurs locaux et de leurs outils de travail….
Que les soignants ne comptent pas leurs heures et vont travailler sur leur temps de repos…
que les soignants etc…. etc…
que les soignants ne sont pas des enfants gâtés tout comme bien d’autres corps de métiers qui font vivre la France et les professeurs !

Messieurs et Mesdames les professeurs si vous voulez que vos établissements soient désinfectés… qu’à cela ne tienne faites comme nous…. faites le vous même !

Vous êtes les seuls à ne pas souffrir du chômage technique… il vous suffit juste d’envoyer tous les matins une série de cours et d’exercices sur les boites mails des parents pour que votre salaire soit justifié !
Peu, très peu, trop peu s’inquiète de savoir si les enfants ont compris quelque chose du cours ou même si les parents ont la pédagogie nécessaire pour faire « le travail à leur place»
Je n’ose dire que pour plus des 3/4 il n’y a pas de préparation…. il suffit juste de sortir le programme de l’année d’avant !

Mes chers professeurs peut être vous appartient il de réfléchir à l’organisation de cette reprise de cours ?
Peut-être devrez vous faire comme les soignants de ces différents services qui ont dû se convertir en « service covid-19 » ?
Vous savez…. ils ont juste réfléchis, et ce très rapidement… et du jour au lendemain ils sont devenus « soignants en secteur covid-19».
Si vous êtes en manque d’idées… n’hésitez pas, faites appel à des soignants… nous auront un peu de temps sur nos repos non rognés pour vous aider !

Monsieur Marie Jeanne et tous ceux qui défendent la cause des professeurs, il est temps de leur expliquer que l’avenir de nos enfants est dans leur mains… il est temps que les profs grandissent et deviennent courageux et inventifs pour que nos enfants, notre jeunesse, soient en capacité de construire le monde de demain! »

Nadine Francois Lubin
Infirmière qui ne supporte plus les enfantillages des professeurs !

Charger d'autres écrits dans Covid-19

29 Commentaires

  1. Bernard

    20 mai, 2020 à 8:44

    Depuis le mois de mars, nous vivons quelque chose d’inédit. En effet, je me vois encore dire aux élèves de mes différentes classes que nous ne nous verrons plus en direct au sein de l’école, et ce du jour au lendemain.
    Les élèves et les parents se sont tous mobilisés pour prendre en main les outils numériques.
    Entre collègues, nous avons dû gérer en urgence le suivi pédagogique, la crainte des parents et des enfants.
    De nos maisons, nous sommes restés en contact perpétuel avec les familles.
    Pour ma part, je n’ai pas vu le confinement passé. Il nous était impossible d’aller récolter des fraises comme certaines personnes politiques l’ont sous-entendu !
    Je tiens à réagir à un article, paru sur les réseaux venant d’Evolution Martinique, relatant un « coup de gueule » d’une soignante envers les enseignants. Sur cet article du 24 avril 2020, que je laisse en lien, une soignante demande aux professeurs de devenir courageux, d’arrêter de se plaindre et de cesser la prolongation des vacances.
    Pour cette soignante, il suffit, je cite, « d’envoyer chaque matin une série de cours et d’exercices sur les boites mails des parents ». Elle fait un comparatif avec les soignants qui eux, n’ont pas eu le choix de devenir « soignants en secteur covid-19 » et nous invite donc à s’inspirer d’eux pour cesser nos enfantillages.
    Premièrement, je félicite évidemment les soignants, les médecins et tout le personnel hospitalier qui étaient en première ligne, bien entendu ! Il faut souligner leur courage et leur investissement. Mais cela ne donne pas droit, à mon sens, de déclarer une guerre des métiers.
    Je dirai ensuite que nous avons, nous enseignants, suivi les instructions du gouvernement et que notre salaire se justifie par notre investissement journalier envers les familles, notre préoccupation de la compréhension des notions et de la recherche incessante de nouveaux supports de travail.
    Le travail à distance demande énormément de temps de préparation, contrairement aux idées relatées dans cet article. Sans compter les montages vidéo, les classes virtuelles, le suivi téléphonique…. Je suis témoin du travail remarquable de mes collègues durant cette période et encore aujourd’hui. Une idée en tête : garder le lien pour éviter le décrochage de certains enfants, pour accompagner les parents, pour garantir au maximum la compréhension des notions.
    Je tiens également à souligner l’énorme travail fourni par les directeurs et directrices d’écoles qui ont tout orchestré pour vivre au mieux le confinement et le déconfinement. Ecriture de protocoles de sécurité, animation de réunions d’équipes, réunions avec les inspections, réunions avec les élus, comptes rendus, consignes d’aménagement des écoles…… et ce, tout en conservant le suivi de leurs propres classes.
    Il faut également parler des enseignants qui ont accueilli les enfants du personnel soignant, qui ont fait double travail. Et oui, ces derniers devaient gérer leurs propres classes à distance une fois la journée terminée à l’école.
    Alors oui, n’ayez crainte, les enfants seront en capacité de construire le monde demain !
    Je rajouterai que chacun est libre de choisir son métier.

    Répondre

  2. Moi-même

    9 mai, 2020 à 16:30

    Force aux infirmiers et médecins qui se désolidarisent de cette personne jalouse méchante et envieuse qui en plus est infirmière scolaire de l’éducation nationale. Force à la directrice des soins du CHUM qui se bat pour avoir des infirmiers. Force aux médecins en première ligne. Force aux aides soignants, aux auxiliaires de vie, chapeau ils travaillent sans matériel, force aux éboueurs, caissiers, aux auxiliaires de vie et tout ceux qui ont travaillé pendant le confinement malgré l’indiscipline de certains. Et force aux enseignants qui a longueur de journée doivent supporter la méchanceté de certains parents ,la non reconnaissance de leur métier la jalousie car ils ont des vacances en même temps que les élèves. On comprend que ce qui enrage la plupart des gens ce ne sont pas les grèves ni le confinement mais que leurs enfants ne peuvent être gardés gratuitement par les profs tout au long de l’année vacances comprises. Tout le monde veut expliquer aux enseignants comment faire leur métier mais personne ne veut le faire. Par contre cracher son venin 24h sur 24h c’est facile.

    Répondre

  3. Yolande

    28 avril, 2020 à 11:36

    Certains enseignants disent eux-mêmes que s’ils n’avaient pas été sûrs d’être payés ils n’auraient pas fait grève aussi longtemps. D’ailleurs beaucoup d’enseignants n’étaient pas d’accord pour que la grève dure aussi longtemps, mais la petite minorité s’est arrangée pour faire cadenasser les grilles d’entrée. Alors arrêtez de lyncher cette infirmière qui dit bien haut ce que beaucoup de parents et même des enseignants pensent tout bas.

    Répondre

  4. Milie Raverat

    27 avril, 2020 à 12:25

    Quel triste constat que le manque de suite dans les idées d’une personne sur son propre métier !
    Êtes-vous vraiment prêts, soignants, à faire face à une nouvelle vague sans avoir encore fini d’essuyer la première ? Et ce que nous nettoyions ou non… il n’y a pas que la surface, Madame…
    En vous remerciant au passage pour ceux de nos collègues qui ont accueillis les enfants des soignants, risquant leur santé et celle de leur proches, pour vous citer…
    Quant à ma créativité, Madame, elle se passera fort bien de vos jugements et s’épanouit pleinement loin de vos petits comptes misère sur la justification de nos salaires.
    Merci encore et bon courage, de la part d’une
    fille d’infirmière devenue professeur.

    Répondre

  5. Stevenson

    26 avril, 2020 à 19:11

    Changez de métier, jalouse!

    Répondre

  6. Stevenson

    26 avril, 2020 à 19:11

    Changez de métier, jalouse!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

Rentrée scolaire du 11 mai: le conseil scientifique prescrit les modalités

Le Conseil scientifique a pris acte de la décision politique de réouverture prudente et pr…