Accueil Actualités La « violence légitime » ou le début d’une dérive totalitaire.

La « violence légitime » ou le début d’une dérive totalitaire.

0
0
134

Jeff Lafontaine

La communication incessante du ministère de l’intérieur sur les dispositifs de sécurité autour du G7 qui aura lieu à Biarritz du 24 au 27 Août devient presque suspecte. On se croirait à la veille d’une déclaration de guerre.

En effet depuis le constat des violences policières durant la crise sociale dite des « gilets jaunes » le pouvoir développe un concept de violence légitime d’Etat en invoquant Max Weber qui lui ne parle que  » de monopole de l’usage légitime de la force physique sur un territoire donné ».

La « violence légitime » rabâchée par le gouvernement semble être un élément de langage supplémentaire d’une communication occultant la vérité et les valeurs fondamentales démocratiques. Ce discours tend à banaliser et justifier la dérive arbitraire du pouvoir, fondée sur la volonté du chef et non le respect du droit. Il illustre la dérive fascisante du discours actuel de nos gouvernants.

La force n’induit pas la violence.
Confondre « force » et « violence » relève de la même confusion qui tente de substituer dans l’opinion « l’ordre » à « la justice ». L’ordre n’est pas la justice et il faut parfois créer le désordre pour faire triompher la justice.

En matière de sécurité publique la force publique est la force que la communauté consent démocratiquement à déléguer au représentant de la nation pour garantir la sécurité de tous dans le respect de la dignité humaine, fondement des droits de l’Homme. Ce consentement général est la base du « contrat social » qui nécessite l’adhésion et le respect de tous pour s’en prévaloir. Quand on sait dans quel contexte à été élu l’actuel président de la république, on peut se poser la question de savoir si il est reconnu comme dépositaire de l’utilisation de la force publique.

Il y a donc une escroquerie intellectuelle à mobiliser Max Weber et un prétendu concept de « violence légitime », au mépris de ce que ce sociologue disait, pour justifier la défaillance des institutions et ménager leurs apparences.

Jeff Lafontaine

  • marcellin nadeau

    Contre les pesticides Marcellin Nadeau monte au créneau

    Soucieux de protéger la santé de leurs administrés des effets toxiques de l’agricult…
  • yanick lahens

    Bain de lune

    Yannick LAHENS -  Ed. WESPIESER – Prix Femina 2014- Un matin, au lendemain d’une violente …
  • assemblée nationale

    Nou pé ké moli

    A ces gens qui nous traquent, nous citoyens sur les réseaux sociaux, pour déduire nos reve…
Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par evolutionmartinique
Charger d'autres écrits dans Actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

- LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Monsieur le Président De par cette lettre se reconnaîtront de nombreux martiniquais qui re…