législatives 2017….vive la démocratie

4 juin 2017

Actualités, Politique

législatives 2017….vive la démocratie

53 candidats à l’assaut des quatre circonscriptions aux prochaines élections législatives, c’est un record en Martinique………Mais ???
Lorsqu’on pose la question aux politologues et aux candidats, la réponse est la même : « c’est l’expression de la démocratie »…..La démocratie permettrait tout ! Ils craignent de se mouiller !

Quand la démocratie sème la confusion
Faut-il s’attendre un jour que des centaines de Martiniquais brigueront un fauteuil de député ?
Pourquoi pas ?
Ce n’est pas de faire injures aux candidats, que de penser valablement que la fonction de député est banalisée du fait de la multiplication de candidatures.
Pourquoi banalisée ?
La réponse sera certainement donnée par le taux d’abstention lors des deux tours de scrutin, pas besoin d’être devin ou magicien.

Ecouter et comprendre
Les discussions vont bon train, à l’annonce des candidatures, un phénomène amplifié par la chaine publique de télévision obligée de recevoir chaque soir les différents postulants, qui visiblement, n’ont aucun programme particulier, autre que ce que l’on entend à longueur de journée, ou plutôt de soirée, des mots et des mots, le fond du problème martiniquais étant autre.
Ces candidats libèrent sur les ondes des discours, pas de programme : « il faudra, il n’y a qu’à », et appellent à voter pour eux, car ils vont changer les choses, et soulager la souffrance des électeurs.

Analyser et comprendre
A quelques jours des législatives qu’est-il permis de comprendre ? Pas grand-chose, sauf que la démocratie donne des envies de pouvoir, que cette campagne ressemble fort à la préparation des municipales pour certains, municipales qui auront lieu dans 36 mois.

Que les candidats, pour un très grand nombre, avec tout le respect qui leur est dû, sont de parfaits inconnus sur l’échiquier politique, que l’on découvre des visages, des candidats qui n’ont aucun repère dans un domaine qui leur confèrerait de la crédibilité.

Qui n’apprennent rien d’autre aux électeurs, que la population est en souffrance (expression à la mode).
Des candidats dont l’appétit est de plus en plus grand chez les élus de la CTM….Karine Mousseau, Louis Boutrin, Francis Carole, Yan Monplaisir, Marie-France Toul, Miguel Laventure, Justin Pamphile, Sylviane Saïthsootane.

Huit candidats aux législatives, fraichement élus à la Collectivité territoriale de Martinique, en décembre 2015, cela date de 17 mois tout juste….Cette CTM n’était-elle qu’un tremplin, pour certains qui n’avaient pas pignon sur rue en politique avant le 15 décembre 2015 ?

Faut-il conclure que le succès aidant, ces élus voient encore plus loin, et que les autres, hormis les sortants Serge Letchimy, Jean-Philippe Nilor, et Bruno Nestor Azérot qui souhaitent poursuivre ce qui a été entamé, qu’ils aient l’opportunité d’inscrire leur nom à une fonction nationale avec les indemnités induites?
Le prétexte pour les cumulards en pensée et en acte serait d’être députés issus de la CTM, une indispensable continuité permettant de mieux faire avancer la Martinique.
Chez nous on dit ainsi : « Pran dlo mousach pou lètt », (Confondre la moussache diluée dans de l’eau avec du lait à cause de la même couleur)

Et c’est à ce niveau que les électeurs ne perçoivent pas dans les discours de ces braves candidats, la volonté de se positionner en parlementaires désireux de s’attaquer aux vrais problèmes, qui permettront à la Martinique de s’en sortir……L’impression qui se dégage est celle de scrutins locaux, avec des promesses de campagne qui ne dépassent pas la frontière des promesses, parce qu’elles ne sont pas du ressort d’un député.

Le porte-parole du MIM, un parti dont on définit mal la stratégie, affirme haut et fort qu’il s’agit d’avoir des interlocuteurs audacieux pour négocier avec le gouvernement français (émission Saw ka di de Martinique 1ère).

Négocier quoi ? Le MIM prétend-il faire un enfant dans le dos des Martiniquais ?
Le parti de Daniel Marie-Sainte est le MIM, Mouvement Indépendantiste Martiniquais, et ne pourrait pas négocier l’autonomie, mais l’indépendance.
Si indépendance, il y a pour la Martinique, les Martiniquais doivent être en première ligne, un point c’est tout.
Le MIM et Alfred Marie-Jeanne sont les champions des coups fourrés, comme cette alliance contre nature à la CTM, permettant d’arriver à la gouvernance, de s’auto proclamer président de tous les Martiniquais, une alliance qui peut voler en éclat à tout moment, au point où le Président de tous les Martiniquais, pas fou du tout, a tout remis en cause en concentrant tout sous sa seule autorité…..Belle confiance !
Le pouvoir en foulant au pied les principes politiques fondamentaux du parti indépendantiste, et de « libération du peuple martiniquais », c’est cela la réalité !

La démocratie est-elle la seule raison de cette multiplication de candidats, qui ne semblent pas faits pour la fonction ?….Il semblerait que NON !
Et on s’étonnera du fort taux d’abstention qui guette ce scrutin ! Ceux qui en bénéficieront s’en ficheront comme de leurs premières bretelles, et la Martinique n’aura pas les dirigeants politiques qu’elle mérite, il est grand temps de se réveiller !

Le CSA, dans la « mouscaille »
Cette situation ubuesque semble gêner le CSA, le Conseil Supérieur de L’Audiovisuel qui ne sait plus à quel saint se vouer, contraint les médias publics à des diffusions de clips et d’entretiens tous azimuts qui n’apprennent rien de plus que ce que chacun sait déjà.
Une pollution des antennes qui ennuie plus qu’autre chose, d’un désintérêt total pour les auditeurs et les téléspectateurs.
A voir le visage du journaliste de Martinique 1ère, on comprend sa douleur de se répéter chaque soir, face à des candidats qui sortent presque tous, la même rengaine.
Et n’attendez pas d’eux qu’ils disent ce qu’ils pensent de ce nombre effarant de postulants. Tous disent que c’est une preuve de démocratie………Exactement comme dans certains pays qui découvrent la démocratie, et où, presque tout le monde, autant qu’il y a d’habitants se voit au sommet de l’affiche.

Les réseaux sociaux en ébullition
Il faudrait peut-être dire : les réseaux sociaux en pleine pollution, les adresses de messagerie électroniques sont submergées de messages publicitaires des candidats, et les SMS pleuvent sur les téléphones portables, une atteinte certaine à l’intimité de monsieur et madame tout le monde.

Pourquoi tant de candidats ?
On tachera de répondre par quelques interrogations
Lorsqu’on se rend compte que le secteur associatif, où l’on donne de sa personne et de son argent, qu’on néglige sa famille le plus souvent, où sont ces personnes-là ?

Lorsqu’on pense que ce secteur-là se substitue aux services de l’état, en quémandant des subventions qui arrivent au compte-goutte, lorsqu’elles arrivent, mais jamais suffisantes au regard de l’importance de la tâche, pour maintenir tant bien que mal la jeunesse de ce pays dans un créneau correct de la société martiniquaise, où sont ces personnes-là ?

Quand on pense que les bénévoles se comptent sur les doigts d’une seule main, et qu’aux assemblées générales, il faut supplier pour que se manifestent les candidatures, où sont ces personnes-là ?

Lorsque les bénévoles d’associations sont fatigués, car étant sur la brèche depuis des décennies, il y a de quoi être très inquiet, pour l’avenir de ce pays Martinique….Pas d’argent à gagner pour les bénévoles d’associations, où sont ces personnes-là ?

Quelle solution ?
Il conviendrait, (conditionnel) peut-être, d’éliminer rapidement, sans entrer dans des considérations futiles, les affairistes qui semblent vouloir se positionner dans tous les secteurs de la politique locale, ou ayant des liens étroits avec la politique.
De bien réfléchir à ce que représente chacun des candidats, se demander vraiment pour quelles raisons ils se manifestent alors qu’on ne les a presque jamais entendus, les éliminer parce qu’ils n’ont jamais été des responsables associatifs, de mouvements de jeunes, de syndicat, de personnes âgées, d’élus locaux de proximité, et qu’avec tout le respect qu’on leur doit, qu’ils n’ont pas la compétence requise, étant sorti brusquement, comme le diable de sa boite.

Parce que le Conseil Général n’existe plus, que le Conseil Régional non plus, et que la CTM comporte moins de conseillers que l’addition de ses devanciers, alors ils se rabattent sur les législatives avec le secret espoir d’être élus…. « Espoir mal papaye » (Le papayer mâle ne porte pas de fruit).
Eh oui ! Il faut avoir le courage de dire NON à certains candidats, de rester où ils sont, dans la société civile, de rester à leur place, en attendant de prendre une retraite certainement bien méritée, qu’ils n’ont pas leur place dans ces élections…….Ce grand nombre de candidats au nom de la démocratie fausse la donne, certains électeurs étant enclins de voter dans le sens de l’amitié, de la famille, de la proximité, que dans la direction du bon sens.

Roger Tranquille

, ,

À propos de evolutionmartinique

Ce blog résulte d’une volonté partagée de ses auteurs d’informer le plus objectivement possible ses lecteurs sans concession, sans langue de bois, sans assujettissement politiques, sans tabou en portant un regard critique et constructif sur notre société, ceux qui la dirigent ou qui font son actualité. Nos principes découlent des valeurs qui nous animent : Ouverture : Indépendance : Liberté : Tolérance et Respect : Le contenu reflète les idées de leurs auteurs dans le respect de chacun, mais aussi de la loi, Une condition impérative s’applique à tous, c’est de de respecter les règles élémentaires de la civilité : les propos injurieux ou outranciers sont évidemment à proscrire. Un modérateur sera chargé de veiller à ce principe incontournable.

Voir tous les articles de evolutionmartinique

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus