Présidentielle 2017 : Vers un nième “faire barrage au Front National” ?

29 mars 2017

Actualités, Politique

Présidentielle 2017 : Vers un nième “faire barrage au Front National” ?

Le débat politique en Martinique devient vif car en plus de la traditionnelle bipolarisation Gauche Droite, s’invite de manière visible et affirmée l’extrême droite avec le Front National de Marine Le Pen. Et face à une possible victoire (selon les sondages) les partis politiques en France ont recours à ce qui s’appelle encore le « Front Républicain» pour faire “barrage au Front National”.

Le contexte
Cette expression est d’ailleurs reprise en Martinique pour légitimer les choix entre les candidats Benoit Hamon et Emmanuel Macron, ce dernier serait (selon les sondages) le mieux placé pour faire barrage à Marine Le Pen, mais aussi en argumentant sur le vote utile, le mieux placé pour battre la droite. Un barrage de plus, qui jusqu’à aujourd’hui n’a jamais freiné la progression du front National. L’élection présidentielle française ne cesse d’interpeller sur la “décrédibilisation” très poussée du personnel politique quelque que soit leur parti, mais aussi par la formule que l’on pourrait aujourd’hui emprunter aux socialistes : «Marine Le Pen la force tranquille ».

Les affaires
En Martinique il n’y a certainement pas moins d’affaires de corruptions, et d’abus de biens publics, mais l’impact sur les citoyens est moindre. Pour rappel et dans le respect de la présomption d’innocence le président de l’exécutif de la Collectivité Territoriale de Martinique, mis en examen pour « prise illégale d’intérêt, faux et usage de faux » a fait une campagne portée par une coalition de gauche, d’extrême gauche et de droite et a été brillamment élu avec plus de 14000 voix d’écarts. Certains condamnés pour corruption siègent même dans l’hémicycle. Comme quoi les « affaires » ne sont pas pour l’instant un obstacle au succès électoral. D’ailleurs en France cela semble aussi être la tendance avec les affaires Fillon et Le Pen. Certains sondeurs le confirment.

Le vote Front National dans les “Outremers”
La progression permanente du Front National en France a aussi des répercussions chez nous et l’idée d’un vote Le Pen en Martinique prend forme et se banalise. Et pourtant de manière générale les « Outremers » ont la réputation d’être hostiles au Front National pour de multiples raisons. Le traitement de la question migratoire par le FN est aussi une explication car il existe une migration entre la France et les « Outremers » Réunionnais, aux Martiniquais, guyanais… qui travaillent en France. Cette dénonciation de l’immigration semble aussi s’adresser à eux même si le FN s’efforce de différencier les migrations, mais en vain. En outre il y a dans le vote « Outremers » un réflexe légitimiste vis-à-vis du pouvoir en place en France.
Enfin, notre histoire douloureuse n’a pas permis la structuration des idées du Front National, même si elles étaient portées par les anciens d’Algérie, et d’Indochine qui ont été pour un bon nombre d’entre eux, reclassés dans l’administration dans la gendarmerie et l’armée. D’ailleurs les partis de gauche, se sont radicalisés contre ces pratiques.

Le Front Républicain c’est quoi ?
Sous la Cinquième République française, le terme de « Front Républicain» désigne le rassemblement, les coalitions ou stratégies lors d’une élection, de partis politiques de droite et de gauche pour faire barrage au Front national, considéré par ceux-ci comme un parti d’opposition au régime républicain. Le concept de Front Républicain a été diversement appliqué depuis l’émergence électorale du FN et davantage ancré à gauche qu’à droite. L’utilisation la plus célèbre du Front Républicain a eu lieu lors de l’élection présidentielle de 2002, lors de laquelle l’ensemble des candidats échouant au premier tour appellent « à faire barrage », voire plus explicitement à voter pour Jacques Chirac au second tour du scrutin contre Jean-Marie Le Pen. (à l’exception d’Arlette Laguiller)

La progression du Front National
Depuis la création en Octobre 1972 du parti considéré comme marginal, le Front national n’a fait que progresser lors des différentes échéances électorales. Un vote de contestation ou bien d’adhésion, qui remet en cause le bipartisme traditionnel dans le paysage politique français.
Aux régionales de 2015, le FN n’a jamais obtenu un si bon résultat à une élection. Au premier tour, il a recueilli 6.018.672 de voix soit 27,73% des suffrages exprimés. Une progression très marquée par rapport aux précédents scrutins. A titre de comparaison, le parti de Marine Le Pen était à 25,24% (5,14 millions de voix) lors des départementales de mars 2015 et à 24,86% (4,71 million de voix) aux européennes de 2014, deux scrutins où il présentait des listes partout en France. Le parallèle avec la présidentielle de 2012 est encore plus significatif : Marine Le Pen avait certes obtenu 400.000 voix supplémentaires (6,42 millions) mais les électeurs étaient 14 millions de plus à se rendre aux urnes (30 points d’écart de participation entre les deux scrutins)! La preuve que le FN a su mobiliser son électorat et même, au vu de ces proportions, l’élargir.

Un Front Républicain pour quel objectif ?
Certains observateurs ont qualifié cette poussée du FN de « scrutin de confirmation, pas de scrutin de bouleversement». Les scores du FN dans les diverses élections étant régulièrement en hausse.
Ainsi l’efficacité et la légitimité du Front Républicain sont aujourd’hui régulièrement contestées. De nombreux acteurs et observateurs politiques ont conclu à sa « mort » parce qu’en réalité les positions adoptées sont ajustées au strict bénéfice électoral conjoncturel et se limitent à une stratégie électorale sans pouvoir s’élargir à un projet politique capable de rassembler au moins pour quelques années une grande majorité de citoyens. Il apparaît comme un jeu cruel et hasardeux dont le seul résultat tangible est d’exclure du jeu politique une force en construction.
De façon directe, l’appel au Front Républicain a permis d’éviter que des candidats frontistes soient élus. Ce dernier aspect renforce le caractère antidémocratique, du Front Républicain» souvent utilisé comme un joker pour faciliter l’élection de candidats modérés «par défaut».

La lente agonie et mort certaine du Front Républicain

L’efficacité du Front Républicain est tout particulièrement mise à l’épreuve depuis l’arrivée de Marine Le Pen à la tête du FN. La mise à l’écart du pouvoir, même local, lui sert d’argument électoral, renforçant la légitimité du FN à se présenter comme différent des autres partis et comme « alternative unique à la classe dirigeante » et légitimant sa vision de l’échiquier politique « entre un bloc national-populiste et un bloc libéral-socialiste » ou, selon les termes de Marine Le Pen, entre « mondialistes et patriotes » Par ailleurs, le Front Républicain peut provoquer une sur-mobilisation de l’électorat potentiel du FN face à une posture qui peut passer pour arrogante et méprisante. Rappelons-nous aussi que le FN s’est trouvé être le principal parti dans le camp majoritaire du « non » lors du référendum de 2005 sur le traité établissant une constitution pour l’Europe, ce qui lui a donné un surcroît de légitimité démocratique . Marine Le Pen a d’ailleurs revendiqué à son profit l’appellation de Front Républicain à l’occasion des régionales de 2015.

Et enfin Nicolas Sarkozy donne l’estocade final au Front Républicain par sa banalisation en déclarant notamment lors de la campagne présidentielle de 2012 que Marine Le Pen, alors candidate du FN et présidente du parti depuis 2011, « est compatible avec la République » ;
Pour Jérôme Sainte-Marie, politologue et sondeur, « il est de plus en plus difficile de qualifier le Front National d’extrême-droite, ce qui rend obsolète l’idée de « Front Républicain » ».

Et pourtant on s’apprête encore à faire barrage à Marine Le Pen dans un Front Républicain.

jeff Lafontaine

, ,

À propos de evolutionmartinique

Ce blog résulte d’une volonté partagée de ses auteurs d’informer le plus objectivement possible ses lecteurs sans concession, sans langue de bois, sans assujettissement politiques, sans tabou en portant un regard critique et constructif sur notre société, ceux qui la dirigent ou qui font son actualité. Nos principes découlent des valeurs qui nous animent : Ouverture : Indépendance : Liberté : Tolérance et Respect : Le contenu reflète les idées de leurs auteurs dans le respect de chacun, mais aussi de la loi, Une condition impérative s’applique à tous, c’est de de respecter les règles élémentaires de la civilité : les propos injurieux ou outranciers sont évidemment à proscrire. Un modérateur sera chargé de veiller à ce principe incontournable.

Voir tous les articles de evolutionmartinique

2 Réponses à “Présidentielle 2017 : Vers un nième “faire barrage au Front National” ?”

  1. Claracita Dit :

    Merci de rappeler dans la première partie de votre intervention que nous

    sommes logés à la même enseigne que la France en matière d’affaires et je

    dirai plus, nous risquons une fois n’est pas coutume de leur montrer la voie,

    Car rien n’indique que monsieur FILLON ne sera pas élu en mai prochain.

    Répondre

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus