L’énergie, un enjeu fondamental pour l’avenir de la Martinique

15 mars 2017

Economie, Société

L’énergie, un enjeu fondamental pour l’avenir de la Martinique

Parmi les défis majeurs que devra relever la Martinique dans les années à venir, la maîtrise de l’énergie occupe une place essentielle. C’est une nécessité tout à la fois financière, économique, environnementale et stratégique. L’agitation en ce moment contre l’implantation de la centrale ALBIOMA nécessite quelques éclairages.

Une nécessité financière :
Nous ne consommons quasiment que de l’énergie importée. D’autre part, nos modes de consommation font eux aussi appel à des produits importés : voitures, camions, climatiseurs, chauffe-eau électriques, etc…. Ces matières et produits que nous utilisons pour produire, et consommer notre énergie ont certes créé de nombreux emplois locaux, mais aujourd’hui, ce potentiel économique et surtout social semble épuisé. Le débat sur le maintien ou non des pompistes dans les stations-service et l’impact de leurs salaires sur le cout de l’essence en témoigne. Si les foyers et les entreprises martiniquaises bénéficient déjà d’un tarif en-dessous des coûts de production d’électricité grâce à la Contribution au Service Public de l’Electricité, (CSPE) l’enjeu financier de l’autonomie énergétique de chacun est bien réel. Cette amélioration de l’autonomie énergétique permettrait de garantir et de sécuriser l’approvisionnement en électricité du territoire, en particulier en cas de tension sur les marchés pétroliers. Par ailleurs, en faisant évoluer la réglementation photovoltaïque afin de permettre la revente de l’électricité solaire après stockage dans une batterie au domicile, les foyers seront sécurisés face aux pannes de réseau. En cas de surproduction, l’électricité produite pourra être revendue et pourrait générer une source de revenus complémentaires pour le ménage ou l’entreprise. Le développement de nouveaux modes de production et de consommation énergétique doivent donc répondre donc à trois problématiques locales :
financière : la réduction de la dépendance
socio-économique : la création de valeur ajoutée locale
environnementale : la diminution des émissions polluantes

Une opportunité économique.
Le développement des énergies renouvelables et de la maîtrise de l’énergie (amélioration de l’isolation des bâtiments par exemple) constituent un tremplin à la création de filières nouvelles et d’emplois.

Une nécessité environnementale .

Ainsi la Martinique participera ainsi à la préservation de son patrimoine naturel par l’atténuation des effets du changement climatique et à la réduction de la pollution atmosphérique. En valorisant ses ressources locales, elle évitera aussi de produire du CO2.

Une consommation d’énergie en constante évolution
Il faut en effet distinguer 3 types de consommation :
L’énergie consommée pour « vivre »
L’énergie consommée pour « travailler »
L’énergie consommée pour « se déplacer »
La consommation d’énergie pour vivre, pour travailler et pour se déplacer. Les deux premiers usages représentent 30 % de l’énergie totale consommée en Martinique. Ils sont quasi exclusivement basés sur l’électricité, produite à 97% à partir de produits pétroliers. C’est également le cas pour l’énergie des transports. L’augmentation rapide du niveau de vie des Martiniquais et par conséquent de leur niveau d’équipement impacte singulièrement la consommation globale d’énergie. De même, la croissance économique de ces 30 dernières années a modifié considérablement le taux de consommation d’énergie. Aujourd’hui, la consommation tout type d’usage confondu est de 4400 GWH (hors transport aérien). Malgré les nombreuses initiatives lancées visant la maîtrise de l’énergie, la consommation continue d’augmenter. Si rien n’est fait pour réduire la consommation d’énergie, en 2020 la consommation d’énergie passerait à plus de 5000 GWH (SRCAE). Notre responsabilité écologique et notre situation insulaire nous obligent donc à envisager immédiatement les effets de la pollution atmosphérique et du changement climatique et surtout des moyens de les limiter.

L’énergie en chiffres
Consommation actuelle en Martinique : 4400 GWH 97% de l’électricité est produite grâce aux produits fossiles , 71 % de la consommation totale est lié aux activités de transports. Les capacités de productions actuelles sont de 424 MW, avec seulement 40 MW s’appuyant sur l’énergie renouvelable. l’éolien constitue 1.088 MW, les déchets 7MW , le photovoltaïque 32 MW. (MW Mégawhatt)

Des sources d’énergie renouvelables sous exploitées
En 2010, la Martinique était l’un des départements français d’outremer les moins avancés en matière d’utilisation d’énergies renouvelables. A la fin 2010, sur les 424 MW de puissance installée, seuls 32 MW étaient générés par les installations photovoltaïques, 7MW par l’utilisation des déchets, 1,1 MW par l’éolien. La raréfaction des ressources fossiles et donc l’augmentation de leur coût, ainsi que la réglementation visant la réduction de l’impact environnemental (Grenelle de l’environnement) rendent nécessaire l’application d’une politique active en faveur des énergies renouvelables. D’autant qu’en la matière, la Martinique possède des atouts importants. Pas moins de 6 types de sources d’énergie renouvelable sont présentes sur notre territoire : éolienne, hydraulique, marine géothermique, biomasse/déchet et solaire. Ce sont les 3 dernières qui proposent les potentialités les plus importantes en matière énergétique et économique. L’énergie éolienne présente des difficultés d’intégration mais des possibilités sont à étudier en « off shore ». L’énergie géothermique, avec deux gisements identifiés aux Anses d’Arlet et sur la montagne Pelée, pourrait s’avérer intéressant si des conditions d’exploitation respectueuse de l’environnement sont mises en place. Les énergies renouvelables que sont la biomasse ont fait l’objet d’études approfondies pour accroître leur utilisation, notamment sur les cultures, les déchets et le bois.
Comment amener les foyers et les entreprises martiniquaises à moins consommer ? A s’équiper d’unités autonomes de production ? Comment valoriser le potentiel énergétique renouvelable dont nous disposons en Martinique ? Pour répondre à ces questions et apporter des solutions tangibles, la Région a mis en place une stratégie énergétique concertée.

Le projet énergétique de l’ex Région Martinique
Pour effectuer le rattrapage nécessaire et doter la Martinique d’un projet énergétique tout à la fois ambitieux et réaliste, l’ex Région a décidé de se mobiliser fortement dans la gouvernance énergétique de son territoire et d’élaborer une stratégie à la hauteur des besoins diagnostiqués. Cette stratégie s’articulait sur plusieurs axes.

L’axe législatif :
l’ex Région a entamé une démarche d’habilitation « Energie », sur le fondement de l’alinéa 3 de l’article 73 de la Constitution, aux fins de fixer les règles spécifiques à la Martinique en matière de :
maîtrise de la demande d’énergie,
réglementation thermique pour la construction de bâtiments,
développement des énergies renouvelables.

L’axe technique et réglementaire.
Afin d’alimenter cette règlementation, il a fallu mobiliser les expertises, identifier les projets et rassembler les expériences de tous les Martiniquais. C’est pour cela que l’ex Région a décidé d’aller au-delà des démarches proposées par l’état dans le cadre du Grenelle de l’Environnement.Réalisé en collaboration avec la Préfecture, le Schéma Régional du Climat, de l’Air et de l’Energie (SRCAE) a pour objectif de rassembler les collectivités locales, les services de l’Etat, les Entreprises, publiques et privées, autour de la définition des objectifs en matière de :
amélioration de l’autonomie énergétique
création d’une dynamique de développement local adoptant des modes de consommation, de production industrielle et d’aménagement éco-responsables
atténuation des effets du changement climatique
réduction de la pollution atmosphérique
valorisation des potentiels énergétiques terrestres et marins, renouvelables et de récupération
La maîtrise du développement de l’énergie photovoltaïque et en particulier de son impact foncier a été une priorité et a abouti à la définition d’un outil d’analyse des projets solaires (interdisant en particulier l’usage des terrains agricoles pour l’installation de fermes photovoltaïques).

L’axe « projets ».
L’ex Région s’est positionnée comme porteuse de projet (Energie Thermique des Mers, Valorisation Photovoltaïque de son Patrimoine, Géothermie) et a lancé des études techniques, juridiques et financières afin de créer une Société Publique de Services Énergétiques. Dans le même temps, elle a joué son rôle d’accompagnatrice dans le cadre du Programme Régional de Maitrise de l’Energie (PRME), mis en œuvre avec le Syndicat Mixte d’Electricité de la Martinique (SMEM), l’Agence Environnement et Maîtrise Energie (ADEME) et le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER). L’objectif étant d’aboutir à une gestion du projet énergétique martiniquais concertée, organisée, maîtrisée, faisant de l’énergie, une source de revenus financiers, une source d’activité et d’emplois, et ainsi faire un pas vers l’autonomie énergétique en conciliant les enjeux environnementaux. Rappelons que le seul document existant sur la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie de la Martinique 2015/2018 et 2019/2023 a été élaboré en novembre 2015 par l’ex-Région Martinique.

Le développement de nouveaux modes de production et de consommation énergétique devra donc répondre à trois problématiques locales :
financière : la réduction de la dépendance
socio-économique : la création de valeur ajoutée locale
environnementale : la diminution des émissions polluantes

Jeff Lafontaine

 

, ,

À propos de evolutionmartinique

Ce blog résulte d’une volonté partagée de ses auteurs d’informer le plus objectivement possible ses lecteurs sans concession, sans langue de bois, sans assujettissement politiques, sans tabou en portant un regard critique et constructif sur notre société, ceux qui la dirigent ou qui font son actualité. Nos principes découlent des valeurs qui nous animent : Ouverture : Indépendance : Liberté : Tolérance et Respect : Le contenu reflète les idées de leurs auteurs dans le respect de chacun, mais aussi de la loi, Une condition impérative s’applique à tous, c’est de de respecter les règles élémentaires de la civilité : les propos injurieux ou outranciers sont évidemment à proscrire. Un modérateur sera chargé de veiller à ce principe incontournable.

Voir tous les articles de evolutionmartinique

2 Réponses à “L’énergie, un enjeu fondamental pour l’avenir de la Martinique”

  1. Jose Dit :

    Quels sont les projets a court,moyen et long terme des indepandantistes de la CTM.La maitrise de l’approvisionnement en eau,en energie et la maitrise des moyens de communication est fondamentale pour un pays aspirant a son indepandance.

    Répondre

  2. José Dit :

    Mr Lafontaine semble avoir oublié que depuis décembre 2015 un nouveau modèle de gouvernance est apparu en Martinique.Il,faut faire table rase du passé ét bâtir l’avenir sur des bases nouvelles.Ce qu a fait l’ancienne region est caduque,nul et non avenu.Peut il nous présenter ou demander aux nouveaux dirigeants du pays de nous présenter leurs projets en matière énergétique pour le pays pour les 50 années qui viennent.La nostalgie chimérique du passé n’a jamais fait avancer un pays ni non plus l’opposition incantatoire au seul projet viable actuellement qui enclenche le processus d’indépendance énergétique dont le pays a besoin.(la CTM si elle le veut a le pouvoir de faire arrêter la construction de la centrale d’Albioma).

    Répondre

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus