Merci Simone Vaton

8 mars 2017

Culture, Politique

Merci Simone Vaton

En ce jour symbolique ou on fait la lumière sur les droits des femmes, beaucoup de femmes exemplaires sont mises à l’honneur, et sont citées pour leur exemplarité.
En Martinique nombre de femmes ont montré l’exemple, le chemin. Ce huit mars 2017 nous faisons un salut fraternel a Simone vaton. Simone Vaton fut honorée par la ville de Fort de France pour la journée internationale des droits des femmes le 8 mars 2013 ainsi que Rosa Parks

Pour la mémoire
Fidèle, aimable, fervente militante, bonne mère, épouse agréable, les qualificatifs manquent pour parler de Simone VATON.
Mme BAZIN Simone épouse VATON est née le 27 octobre 1935 au Lamentin est décédée à l’hôpital, dans la nuit du jeudi au vendredi 25 janvier 2013, des suites d’une longue maladie.
Simone Vaton, militante historique du parti progressiste martiniquais, fut conseillère municipale d’Aimé Césaire et présidente de la caisse des écoles de Fort de France. Elle avait 78 ans.

Elue pour la première fois au conseil municipal en mars 1977
Entrée au Conseil Municipal de la Ville de Fort-de-France en mars 1977 sous la mandature d’Aimé Césaire, de 2001 jusqu’en mars 2008 en tant que 4ème adjointe au Maire de Serge Letchimy. Sous la mandature d’Aimé Césaire elle, était Déléguée à l’éducation. 1997-2001 Présidente de la Commission Education et de la Caisse des écoles
2001-2008 Vice-Présidente de la Commission éducation et Caisse des écoles
2001-2008 membre de la Commission Planification urbaine et infrastructures touristiques
2007 4ème adjointe au Maire
Simone VATON quittera le conseil municipal de Fort de France en 2008.

Une battante sur tous les fronts
Parmi les fonctions assumées, l’une des plus importantes aura été la délégation qu’elle avait reçue pour assurer la fonction d’ordonnateur du Budget de la Caisse des Ecoles, puis de Présidente du Comité d’Administration de la Caisse des Ecoles et s’occuper de toutes les questions se rapportant à l’organisation et au fonctionnement des écoles primaires, des cours d’adultes et professionnels gérés par la Ville.C’est l’époque où la Ville de Fort de France gère près de 4 600 enfants en école maternelle pour 147 classes et plus de 12 000 enfants en primaire avec 570 classes.
Elle avait pour mission de s’occuper des questions touchant à la coordination entre les différents services concourant au fonctionnement des écoles, notamment le bureau scolaire, la programmation scolaire, les constructions scolaires ainsi que l’inspection des cours d’adultes et professionnels et celle des enseignements qui y étaient dispensés.
Parmi les évènements marquants de cette période, on notera le voyage qu’elle effectuera à Noël 1985 avec les petits élèves du Groupe Scolaire Aristide Maugée de Trénelle, reçus à l’Elysée par la Présidence de la République. Au cours de son dernier mandat (2001 à 2008), elle quitte la présidence de la Caisse des Ecoles pour présider la commission d’Appels d’Offres et la commission de Délégation de Service Public.
Elle participera également aux commissions Urbanisme- Planification urbaine et infrastructures touristiques, Education, au Conseil d’administration de la SEMAFF, de la Société des Galeries de Géologie et de Botanique, au Contrat de Ville et au Grand Projet de Ville, à l’Office du Tourisme de Fort de France, à la Régie Autonome pour la Culture…

Simone Vaton a beaucoup participé à la création avec Madeleine de Grand Maison à la galerie botanique du parc floral (Parc culturel Aimé Césaire), à l’animation de l’association de la société des galeries de géologie et de botaniques des Antilles loi 1901, ainsi qu’à la création du conservatoire botanique des Antilles. Elle a présidé le conservatoire botanique de la Martinique pendant de longues années.

Un engagement syndical sans faille
Son engagement syndical commença d’abord dans la section SNES du Lycée de jeunes filles où elle exerça son métier de professeur de sciences physiques pendant toute sa carrière.
Elle fut particulièrement active aux côtés de ses camarades, lors des mobilisations de Mai 1968 pour plus de démocratie à l’école et dans la société. Elle eut aussi à prendre part, au nom du SNES, à des manifestations, tel le colloque organisé par la gauche Antillo-guyanaise sur l’émigration des Antilles et de la Guyane vers la France. C’était l’époque du BUMIDOM. Ce colloque s’était tenu pendant trois jours au Ciné-Théâtre (ancienne Mairie de Fort-de-France), sous la surveillance d’automitrailleuses qui sortaient régulièrement de la cour de la gendarmerie voisine. Dans le cadre de cet événement qui eut un écho important (Le Monde avait envoyé le journaliste Jean LACOUTURE), Simone avait proposé que le SNES organise un sondage auprès des élèves de première et de terminale des trois lycées qui existaient alors. Leurs réponses contribuèrent sans nul doute à la création du Centre Universitaire qui allait devenir l’Université des Antilles et de la Guyane.
Peu après la création de l’Académie des Antilles et de la Guyane, en 1974, le SNES se structura en section académique SNES Antilles-Guyane au sein de laquelle Simone exerça diverses responsabilités importantes. Tous ceux qui ont travaillé avec elle ont été frappés par sa conscience, sa loyauté, son amabilité , sa fermeté, et sa fidélité aux valeurs défendues par le SNES dans lequel elle continua à militer durant sa retraite.

Simone Vaton demeure l’exemple de la droiture, de l’équité, mais aussi symbole de la femme martiniquaise engagée dans l’action politique.

Merci Simone

Jeff Lafontaine

Sources; http://www.fortdefrance.fr/ et http://www.madinin-art.net/hommage-du-snes-martinique-a-simone-vaton/

, ,

À propos de evolutionmartinique

Ce blog résulte d’une volonté partagée de ses auteurs d’informer le plus objectivement possible ses lecteurs sans concession, sans langue de bois, sans assujettissement politiques, sans tabou en portant un regard critique et constructif sur notre société, ceux qui la dirigent ou qui font son actualité. Nos principes découlent des valeurs qui nous animent : Ouverture : Indépendance : Liberté : Tolérance et Respect : Le contenu reflète les idées de leurs auteurs dans le respect de chacun, mais aussi de la loi, Une condition impérative s’applique à tous, c’est de de respecter les règles élémentaires de la civilité : les propos injurieux ou outranciers sont évidemment à proscrire. Un modérateur sera chargé de veiller à ce principe incontournable.

Voir tous les articles de evolutionmartinique

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus