L’adultère, tabou en France, dans le monde, en Martinique !

16 janvier 2017

Non classé, Société

L’adultère, tabou en France, dans le monde, en Martinique !

Peu d’hommes et de femmes avouent leur infidélité, et pourtant, certaines études donnent des résultats très étonnants
Au fil des années, le nombre de couples touchés par l’infidélité a tendance à augmenter.
Plus étranges, les comparaisons entre différents pays mettent à jours des écarts importants entre les statistiques évoquées.

En France
30 à 40% des hommes auraient eu des relations en dehors de leur coupe, tandis que 15 à 25% de femmes seraient dans le même cas.
Toutefois, certains magazines spécialisés affichent des statistiques beaucoup plus importantes.
D’une manière générale, 50% des couples seraient infidèles, ce qui conduit inéluctablement à se poser la question suivante : Pourquoi tromper son mari, sa femme ?
L’infidélité est un fait de société qui prend de plus en plus de place dans la vie d’un couple.
Dans 40% des cas, la vie de couple se dégrade et devient impossible à vivre
35%, Sentiment de manque d’attention ou de tendresse.
Et 20% pour Perte pure et simple du désir pour son partenaire.
En clair, il s’instaure une sorte de routine dans certains couples qui se laissent tentés par l’aventure de l’adultère, voir ailleurs, et retrouver un équilibre sexuel non négligeable, souvent, source d’ennui et de déséquilibre dans le couple.
Les spécialistes de la question de l’adultère se sont penchés sur le phénomène, sans parvenir à des résultats probants.

Comment lutter contre l’adultère ?
Au Koweït
Une femme politique, candidate aux élections législatives a défrayé la chronique en proposant une loi permettant d’acheter des esclaves sexuelles, en tenant compte, que la religion musulmane est dominante dans le pays, autorisant la polygamie.
Mais attention, pas question d’une polygamie pure et dure, pratiquée couramment.
Elle prétend protéger les jeunes du pays par cette loi, le but n’est pas le mariage, car dans la religion musulmane, avoir plusieurs épouses est autorisé à condition que l’homme soit capable d’être juste avec chacune d’entre elles……Comprendre : « l’homme doit être aimant avec toutes ses femmes ».
Par cette loi, proposée par Salwa Al-Mutairi, l’Islam aurait toujours autorisé les esclaves sexuelles pendant le voyage à la Mecque…..Une interprétation qui n’est pas partagée, et qui prête à confusion tout de même
Elle cite d’ailleurs l’exemple d’Haroun al-Rashid, cinquième calife, qui avait pas moins de 2000 concubines à sa mort…..On se demande combien de temps il était en mesure d’accorder à chacune de ses femmes, en tenant compte que dans un mois il y a 30 jours et que l’année compte 365.

Mais ce n’est pas tout, cette brave femme candidate aux législatives dans son pays propose d’aller chercher ces femmes esclaves sexuelles en Tchétchénie, celles qui seraient des «prisonnières de guerre »…..Elle préserve donc les femmes de son pays, au détriment de celles de Tchétchénie, prise dans les tourbillons de la guerre, de la misère, du désespoir, et par conséquent, devant un choix entre plusieurs maux.
Bien entendu, une telle démarche prônée qui plus est par une femme, a été considérée comme une régression.

Le Mexique
Une loi historique a été votée à l’unanimité moins une abstention, pour la dépénalisation de l’adultère. L’abrogation de cette loi était en attente depuis avril 2008.
En effet, l’adultère était considérée comme un délit pouvant entrainer des peines de deux ans de prison ferme, et la suppression des droits civiques pour une durée de 6 ans.
Seule la femme adultère était concernée par cette peine de prison
Pas du tout étonnant, lorsqu’on connait la dominance de la religion catholique en Amérique du Sud et du Centre, séquelles du passage des colons européens, qui commençaient d’abord par l’évangélisation des peuples autochtones avant toute autre chose.
Le 24 mars 2011, en réformant le code pénal, les sénateurs mexicains ont supprimé une loi misogyne, portant atteinte à la « dignité de la femme », pour la punir de son infidélité.

Et la Martinique ?
Où en est-on?
Aucune statistique, aucune étude, mais les hommes et les femmes de Martinique ne sont pas différents des autres, ne sont pas plus vertueux, et l’adultère a cours comme partout ailleurs.
Rien qu’à voir sur Internet les sites de rencontres qui se sont multipliés par 20 depuis ces quatre dernières années.
Femmes et hommes s’exhibent à visage découvert, photos à l’appui, en quête de relations d’un jour.
L’adultère est donc conseillé à grande échelle, non pas pour satisfaire une relation devenue pénible, voire impossible en couple, mais pour verser dans une sorte de libertinage, puisque ceux qui s’adonnent à la pratique ne serait pas plus malheureux en couple, tant que le libertinage se pratiquerait à l’insu de son partenaire de coupe.
L’attrait des émotions fortes, avec prise de risques indéniables, l’attrait de la nouveauté procurant une jouissance inexplicable.
Des émotions que chacun peut avoir avec son partenaire, à condition de ne pas succomber à la routine.
Une partie de la Martinique a basculé dans la « modernité sexuelle », dans le libertinage, dans la liberté sexuelle.

La Martinique et le libertinage
Le phénomène prend de plus en plus d’ampleur, on peut reconnaitre des femmes ou des hommes de sa proximité, en parcourant certains sites Internet.
De plus en plus de jeunes femmes s’inscrivent dans ces sites de rencontre, attirées par le gain rapide, sans diplômes, mais avec un physique qui ne laisse pas indifférent

D’autres projets plus ambitieux
La création d’établissements d’échangisme, pour afficher et accentuer le sens du libertinage est en projet.
Mais attention danger !
Au moment où le virus du SIDA est en train d’opérer une nouvelle offensive en Martinique et dans l’environnement de la Martinique, le libertinage risque de couter très cher, beaucoup plus cher qu’on ne le pense.
Des émotions sexuelles fortes, il est possible de les avoir dans son couple, à condition d’être créatif, de ne pas attendre que les autres les conseillent, car il s’agit on s’en doute d’un commerce, et comme tout commerce sexuel, les conclusions peuvent être le contraire de ce qu’on souhaite.

Les deux faces du libertinage
La face du plaisir d’un moment, la face des émotions jamais vécues, l’extase, un leurre fort apprécié, on se délecte.
L’autre face, la face cachée de la médaille sexuelle, du libertinage, lorsque l’un des partenaires prend la liberté d’agir en solitaire, sans l’avis de l’autre, et sans l’autre.
Cela peut se terminer dans un bain de sang, en tout cas, dans les pires difficultés.

La Martinique est-elle prête à franchir le pas ?
Elle l’a déjà franchi allègrement !
La pratique n’est pas nouvelle, sauf qu’elle s’est toujours déroulée, au sein d’une certaine classe de la société, des cercles ultras hermétiques triés sur le volet, pas dans le milieu rural, et bien moins paysan.
Le libertinage serait une invention de la société dite évoluée, fatiguée par le traintrain quotidien, l’insatisfaction éprouvée, et la soif de connaitre encore plus chaque jour, et les émotions que procure le sexe……L’homme aurait toujours été esclave de son sexe, ne sachant comment le maitriser, ne sachant pas non plus accompagner sa partenaire au fil des années, avec la pleine conscience qu’avec le temps, il convient d’attiser le désir.
Libre d’adopter le mode de vie qui convient le mieux à ses aspirations.
Ne pas se laisser griser par le spectaculaire de la liberté sexuelle.
Se dire que toutes ces libertés ont toujours existé, que l’homme n’a rien innové, et que c’est la démocratisation de ces pratiques qui attisent les envies de libertinage aujourd’hui.

Roger Tranquille

, , ,

Une réponse à “L’adultère, tabou en France, dans le monde, en Martinique !”

  1. La Kravache Dit :

    Roger, reste tranquille sinon je rends public les noms et prénoms de tes dernières maîtresses. Je remonte simplement à 2007.
    Ne me fâcher pas.Le libertinage c’est la vie. Jésus était un libertin.

    Répondre

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus