Les Républicains, Forces Martiniquaises de Progrès, Le Modem, L’UDI

12 janvier 2017

Non classé, Politique

Les Républicains, Forces Martiniquaises de Progrès, Le Modem, L’UDI

 

Où en est la droite locale ?
Est-il permis de classer Les Républicains, Forces Martiniquaises de Progrès, le Modem, et l’UDI dans un même chapeau, pour livrer bataille électorale.
« Osons oser » a rejoint le programme commun ; stratégie de Serge Letchimy. Les Forces Martiniquaises de Progrès ont été secouées par un séisme dont se relève difficilement André Lesueur, tenu aux secrets dans la haute décision de fusion Droite/MIM, pour la gouvernance de l’Assemblée de Martinique.
Le Modem connait très peu de succès, on dirait même, un succès confidentiel, et à l’image de François Bayrou, éprouve les pires difficultés à se faire une place, et à se maintenir durablement dans une ligne de conduite définie.
L’UDI a du mal à se positionner sur l’échiquier politique local.
Et pourtant Philippe Petit tient un discours cohérent, mais éprouve du mal à faire valider ses idées.
Et puis l’homme a toujours subi cette comparaison avec son père Pierre Petit, qui a connu des heures et des moments de gloire en politique…..Tour à tour, maire conseiller général, vice – président du Conseil régional, député, président du RPR local.
Philippe Petit fait penser à ces stratèges de l’ombre qui mettent en place le système que d’autres, les grands chefs exécutent.
La droite toutes tendances confondues a subi défaites après défaites lors des 15 dernières années, avec un sursaut en décembre 2015. Est-ce un renouveau ?
Difficile de le croire, Monplaisir a été tracté par Marie-Jeanne, même s’il faut concéder au leader de la droite, cette prouesse d’avoir convaincu les électeurs qui se sont prononcés en sa faveur, sans faille, au second tour.

Qui dirige Les Républicains de Martinique ?
Officiellement, Fred Michel Tirault, c’est lui qui s’exprime sur les médias, que l’on voit dans les réunions, mais est-il vraiment un patron qui s’impose ?
On l’attendait sur la liste conduite par Monplaisir, il n’y figurait pas.
On l’attend pour les législatives, et encore non
Un chef qui brille par son absence, dans les grandes batailles électorales inquiète forcément les troupes.
Après ce qui s’est passé lors des élections à la CTM, l’inquiétude ne peut que grandir, et conforter ceux qui pensent que Tirault n’a pas encore l’envergure pour affronter ce genre d’élections.
Un véritable coup d’état politique au sein du parti, orchestré par Yann Monplaisir, et Karine Mousseau qui ont pris les choses en main, avant les élections à la CTM, ignorant certainement Fred Michel Tirault, obligé de donner sa caution devant le fait accompli,
A-t-il pris sa part dans la composition de la liste « Ba péyi a an chanss », pourquoi n’a-t-il pas été aussi actif que les autres, lors de la campagne de décembre 2015?
Nul ne le saura !
Il a été mis sur la touche, cela est évident, ne pouvant que donner son accord sur les candidatures déclarées, un point c’est tout…….Comme on dit ; un béni OUI, OUI !

Pagaille – cacophonie, tous azimuts
Déclaration de candidature de Gabriel Lagrandcourt pour les législatives dans la circonscription Sud…….. « Pardon messieurs dames, on s’est trompé » !
Il fallait comprendre : Saïthsootane candidate, et Lagrandcourt suppléant, car la conseillère territoriale aurait plus de chance de l’emporter, que l’inconnu Lagrandcourt, qui n’est pas à son coup d’essai s’agissant des revirements de décisions.
Souvenez-vous qu’il déclarait sa candidature à Sainte-Anne, avant de se rabattre sur Fort de France, pour se faire tailler en pièces.
Les explications du président local des Républicains ont du mal à convaincre, et finalement l’impression d’une pagaille prévaut.
Faux départ pour les Républicains, c’est indéniable, Fred Michel Tirault aura du mal à effacer cette bévue, incroyable mais vrai.
Cela ne pouvait pas être pire !

La crédibilité d’un chef
Aucune, et pourtant Fred Michel Tirault serait déjà en campagne pour les sénatoriales, c’est burlesque, car comment convaincre les grands électeurs, à moins que des promeses lui aient été faites. Mais quelles promesses ?
Que seront-elles, après les législatives, si le MIM se retrouvait en sérieuses difficultés, car qu’on le veuille ou non, il y aura des victimes après la campagne, et on ne se fera pas des mamours, il n’y aura pas de pacte de non agression, et ce sera du « chacun pour soi et le diable pour tous », toutes autres déclarations sont de la poudre aux yeux pour calmer les électeurs.
Le président local des Républicains est à l’image de ce qu’il est en sa qualité de maire de la commune de Saint Esprit, selon des Spiritains, qui lui ont pourtant confié les clés de la ville il y a un peu plus de deux ans ; un homme de peu d’expérience, ne sachant pas vraiment où il doit aller, prenant des décisions sur lesquelles il revient rapidement, pour ne pas faire de vague
Question : qu’est-ce qui a pu inverser l’ordre du ticket Lagrandcourt/Saïthsootane ?
Est-ce sur intervention de la conseillère terrotoriales, rappelant sa qualité à la CTM, face à un illustre inconnu.
Est-ce la peur éprouvée par Lagrandcourt d’essuyer une raclée aux prochaines législatives, lui que presque personne ne connait, qui est cause de ce revirement de situation ?
Il y a certainement un peu de tout cela, mais en tout cas c’est peu valorisant pour un parti qui revendique une place plus en rapport avec son pasé prestigieux en Martinique.
Des apprentis sorciers qui doivent faire profil bas, et Fred Michel Tirault qui devrait se remettre en question, si cela se peut encore, après ce qu’il convient d’appeler un triste épisode de la vie de ce parti politique.

Qui prend les décisions aux FMP ?
Si tout semblait aller pour le mieux, et dans le meilleur des mondes, avec une gouvernance à deux, André Lesueur et Miguel Laventure, tout est par terre depuis un peu plus d’un an.
Par terre, depuis que Laventure fait route sous les ailes protectrices de Marie-Jeanne à la CTM.
Depuis une fusion de listes aux élections de décembre 2015; Marie-Jeanne/Monplaisir, en tenant Lesueur aux secrets.
Une haute trahison, pour le Maire de Rivière-Salée qui avait retiré son soutien à la fusion, avec l’accord de son conseil municipal.
André Lesueur ne se reconnaissait pas dans le pacte de gouvernance conclu en catimini, et surtout dans son dos.
Les politesses qui se font au sein des FMP, semblent une politesse de façade, pour calmer le jeu, une situation qui ne sera pas sans dommage pour la candidate des Républicains dans la circonscription Sud.
Si les FMP ne valent que par Miguel Laventure, elles ne pèsent pas bien lourd.
L’élu le plus ancien de l’Assemblée de Martinique n’est pas en mesure d’être une tête de liste de premier plan.
Lui aussi est en fin de carrière politique, tandis que le maire de Rivière-Salée se suffit de sa commune, avant de se retirer certainement.
Les Républicains et les FMP, en dépit de leur présence au sein de la CTM, en dépit du score réalisé par la liste conduite par Yann Monplaisir, n’ont pas encore convaincu, et leur position demeure très fragile.

L’atout des Républicains
La guerre intestine qui mine le MIM et pourrait entraîner la chute de Jean-Philippe Nilor lors des législatives.
Faut-il encore que les troupes parlent le même langage.

Roger Tranquille

, , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus