Attendre et regarder

8 septembre 2016

Politique

Attendre et regarder

Chacun y va de sa petite déclaration sur les médias, donnant des leçons de comportement aux Martiniquais, prodiguant des conseils de bonne conduite, accusant celui-ci, ménageant celui-là, estimant que c’est de la faute de l’autre si tout va de travers, jamais de la sienne, ou de ceux qu’il soutient, recommandant de donner du temps au temps…..Mais ça durera combien de temps ?

Quelle est la réalité ?

Les Martiniquais sont des contribuables qui exigent que l’argent des impôts dont ils s’acquittent, trouve justification de l’utilisation qui en est faite, par les gestionnaires. De plus en plus les Martiniquais triment pour joindre les deux bouts, et dans le même temps ils ont l’impression qu’on leur coupe les poches pour récupérer leur pognon. Une image certes, mais une réalité en tout cas, soyons clairs ; ce pays est à l’arrêt total, et dans bien des secteurs. Des entreprises sont prises à la gorge, protestant contre la lenteur si ce n’est le blocage des fonds européens, en dépit des affirmations contradictoires émises par le principal intéressé à la CTM, Miguel Laventure. Se profile à l’horizon rapproché, le spectre des licenciements, et des dépôts de bilan.

Miguel Laventure, le lundi 05 Septembre 2016, a cherché davantage à justifier des carences de prise en main de la CTM, ou d’une stratégie d’attente, on ne sait de quoi, que de fournir des explications satisfaisantes aux personnes qui ont écouté sa prestation à l’émission dont il était l’invité, notamment certaines entreprises exsangues. Ce n’est pas non plus la riposte de monsieur Johnny Ajjar le lendemain, certainement plus proche de la réalité, qui a essayé de renseigner en vain les Martiniquais, qui apaisera, car en fait ce n’est que la parole de l’un contre celle de l’autre.

Et Fred Michel Thiraut, Président local des Républicains, toujours sur le même média, qui éprouve de plus en plus de difficulté à se situer face au contrat de dupes signé avec le MIM, pour la gestion de la nouvelle collectivité, et de sa position d’opposant politique logique du MIM, dont les premiers résultats après un semestre, sont loin des attentes des uns et des autres…..A ne rien comprendre ! Quant à Daniel Marie-Sainte, il publie un courrier du Président de la CACEM à son homologue du Conseil exécutif de la CTM, pour faire croire, on ne sait plus quoi, sauf à se demander s’il a compris le sens du courrier. On est en plein délire.

Inertie de la population?

Les Martiniquais ont perdu confiance, hormis les fans de la gouvernance à la CTM, et ceux de l’opposition, cela ne fait pas beaucoup, et au centre, les dindons de la farce : les Martiniquais, qui servent de balles de ping-pong, les plus nombreux. On verra les dégâts que cette situation a induits, lors des prochaines élections locales……Une démobilisation serait une erreur monumentale de l’électorat si le changement de gouvernance s’impose! Une grande partie de la population avait fondé de gros espoirs sur la mise en fonction du TCSP, des espoirs transformés en désespoir depuis belle lurette.

Aujourd’hui, plus personne n’est en mesure de dire si ce projet grandiose et moderne verra le jour en Martinique, plus personne n’y croit.

Paradoxe martiniquais

Pourquoi les hommes (femmes aussi) ne peuvent-ils pas se mettre autour de la même table pour trouver la solution, car il y a bien une solution à tout problème ?

Pourquoi les Martiniquais hostiles majoritairement à l’indépendance ont mis un groupe indépendantiste à la tête de la CTM, et un président du conseil exécutif indépendantiste ?

On parle de feux à mettre en fonction, on parle d’hégémonie d’un groupe politique dans les instances dirigeantes, pour l’exploitation du TCSP, mais on ne dit pas qu’on a refusé d’être candidats à ces instances parce que minoritaire, ce qui conduit à refuser aussi certaines participation financières, et à terme, l’impossibilité de faire tourner, ou même de faire démarrer la machine. En France lorsqu’un Président de la République élu, appartenant à un groupe politique opposé à celui qui a été battu, par la voie démocratique, de nouvelles élections législatives lui permettent d’avoir une majorité ; ce n’est pas le cas à la CTM, car il n’y a ni ministre ni gouvernement, ni président de tous les Martiniquais, mais plus simplement le Président du Conseil Exécutif de la CTM, que cela soit dit, alors il faut faire avec, selon les règles que dicte la démocratie. Et la mise à mort du GIP, par les nouveaux locataires de Plateau Roy à Cluny ?

Et ces dépenses supplémentaires, et une rentrée différée pour le Lycée Schoelcher, dans des mobil-homes ? Alfred Marie-Jeanne président du Conseil exécutif de la CTM parle de victoire, ce qui laisse entendre qu’il y avait bien antagonisme, et volonté de ne pas poursuivre ce qui avait été entamé par les prédécesseurs. Pourquoi ne parle-t-il pas d’exploit d’avoir maintenu les délais ?

Et l’opposition ?

Quel rôle joue l’opposition dans cet imbroglio, hormis les déclarations ? On a du mal à cerner la stratégie.  Est-ce une stratégie du pourrissement, ce qui ne va pas dans le sens d’un mieux-être de la population ? Les Martiniquais ne savent plus à quels saints se vouer, semblant résignés, c’est dommage !  Le jeu de la politique vaut-il la perte d’un outil jugé très performant par les spécialistes venus le tester ? Assistera-t-on les bras baissés, à la mort programmé du TCSP ? Le grand public ignore les tenants et aboutissants du blocage, paralysant et dommageable pour le pays Martinique.

Attendre et regarder, car !!!

Tant que l’affaire judiciaire qui concerne Alfred Marie-Jeanne, dont le procès pour faux, usage de faux et prise illégale d’intérêt qui aura bien lieu en France, avec les risques que cela comporte pour le patron du MIM, n’aura pas livré son verdict, les projets resteront dans les tiroirs.

Roger Tranquille

 

 

Une réponse à “Attendre et regarder”

  1. José Dit :

    Comme vous avez raison de signaler que ce sont les hommes qui font la valeur des institutions.Pendant des décennies nos hommes politiques nous ont convaincus du contraire à savoir que l’existence de 2 assemblées sur un si petit territoire paralysait et surtout parasitait leur pouvoirs.Nous leur avons fait confiance en votant en 2010 pour là suppression de ce monstre et en 2015 nous avons massivement reconduit ces mêmes hommes au pouvoir persuadés que ça irait mieux.Or comme vous le signalez fort justement n’importe quel observateur objectif constate que tout est bloque.L’exemple du lyçee de transit en est l’illustration parfaite.Une équipe à grand frais(37 millions d’euros paraît il) ont construit un lyçee inachevé en Octobre 2015,une nouvelle équipe arrive en 2016 au lieu de terminer les travaux sans dépense supplémentaire puisque les travaux restants était compris dans les 37 millions du marché, elle a préféré dépenser près de 10 millions supplémentaires pour reconstruire ailleurs un nouveau lyçee en se vantant d’avoir fait travailler près de 200 ouvriers matin ,midi,soir samedi à,dimanche et jours fériés pendant 3 mois juste pour démontrer à la population que ceux qui les ont précédé étaient des incompétents et des gaspilleurs des deniers publics.Ou est la cohérence politique?Tout le monde dira bravo en oubliant le postulat de départ .Nous avons les politiciens que nous méritons.

    Répondre

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus