Accueil Politique Congrès du PPM ; Raphaël Séminor candidat de l’apaisement ?

Congrès du PPM ; Raphaël Séminor candidat de l’apaisement ?

972-SEMINOR-R-16823

Par Jean Claude Laurent. Au sein du PPM, ce n’est plus un secret pour personne les scissions se précisent et, depuis plus d’un mois deux camps se regardent en chiens de faïence, s’entre-déchirant à distance. Les élections de Décembre après avoir d’abord anéantis les uns et les autres ont laissé la place aux analyses et font ressortir la nécessité de réformer le parti.

Tous les coups semblent permis pour sortir la tête de l’eau et pour gagner la bataille de cette reprise en main du Parti.
Certaines initiatives indécentes paraissent difficilement justifiables au plan de la raison politique. Pour mémoire, l’élimination de la Maire de Basse-Pointe Casimirius d’une vice-présidence de la CTM en est un exemple des plus cruels. La visite pansement du président du PPM à Basse-Pointe ne va en rien faire taire les ressentiments, et il lui reviendra la charge de colmater les brèches et apaiser les esprits pour faire disparaître ce malaise mal venu aux lendemains de son élimination aux élections de la CTM.

Il nous semble inutile de revenir sur la genèse de cette guerre artificielle des hommes. Cette scission idéologique n’est ni plus ni moins que le résultat d’une querelle de leadership entre un Daniel Chomet qui cherche désespérément à exister dans le paysage politique et plus particulièrement à Schœlcher et Raphaël Séminor apparaissant comme un homme de transition. D’autres personnalités plus discrètes tentent des efforts désespérés pour faire accepter leurs candidatures comme la brillante d’Elizabeth Landi désireuse de se pourvoir au nom de sa condition de femme.

Ce n’est aujourd’hui un secret pour personne le PPM va mal. L’autorité du président du PPM s’est vue malmenée et amoindrie après le refus de l’ex vice-présidente de feu le conseil régional, de démissionner de son mandat de Conseillère Territoriale et ce, malgré un vote à l’unanimité du Comité national à l’exception de la voix fidèle et loyale de son binôme Camille Chauvet.
On est tous en droit de se demander comment le Président de ce parti pourra encore influencer les décisions du Congrès à la veille des élections législatives.
Il aura beau plaider pour transcender les intérêts égoïstes et faire converger les efforts vers l’idéal commun Progressiste il n’en demeure pas moins que persiste un malaise congénital à la mouvance PPM-EPMN sur l’ensemble la Martinique.

L’Alliance semble elle aussi donner les signes de sa lente déliquescence. Un poids lourd de la Fédération socialiste en est parti, enfonçant le clou la dénonciation par la voix du député Européen Louis-Joseph Manscour de la posture d’opposition systématique adoptée par l’équipe EPNM au sein de la CTM quand bien même, les socialistes restent représentés par Patricia Telle en congé de son parti, au sein de cette alliance ! Allez comprendre !!!!!

Du côté de Schœlcher Daniel Chomet qui continue à caresser son espoir d’être le premier magistrat de cette municipalité poursuit inlassablement son travail de démolition du maire de Schœlcher avec sans doute pour ambition de se positionner comme candidat aux législatives faisant fi du fait le Maire du Lorrain …… membre de EPMN ait déjà annoncé sa candidature.
On ne peut avoir oublié les municipales de 2014, où ce fils de Pierrotain a décidé en dépit du bon sens de faire de Schœlcher son terrain de conquête politique. Contre vents et marées, contre son propre parti, contre son président, et par-dessus tout contre le maire en place son coéquipier politique de l’alliance EPMN il a mené bataille au seul profit de ses intérêts personnels et particuliers.

Faisant preuve d’un dynamisme sans précédent on a ainsi vu fleurir sur le territoire de la commune deux balisiers aux divergences aiguës. Chaque ténor du parti y est allé de tentatives pour le raisonner, et sa candidature sans investiture de son parti aux municipales lui a valu d’être sanctionné.
On connait la suite, un crash au décollage, pendant les manœuvres au sol.
Sa candidature est invalidée pour des insuffisances administratives ! Two pwéssé pa ka fè jou wouvè !!!

Le candidat dépité ne désarme pas et appelle de manière irresponsable au vote blanc. On taira ici le nombre de voix réalisées pour éviter les polémiques sur les méthodes de calcul.
Sur le fond, la mouvance EPMN n’arrive pas à transcender ses contradictions pour sauvegarder ses acquis, et grandir. Les militants de base des partis composant l’alliance se demandent pourquoi choisir ce moment crucial du Congrès du PPM pour étaler les divergences internes au grand jour ?

Daniel Chomet et ses « soldats » avancés Fred Lordinot et Elizabeth Landi, ont commencé les grandes manœuvres de recueils de soutiens des présidents de balisiers. Ces initiatives ne sont pas du tout appréciées, et on comprend mieux que cette querelle laisse tous les militants perplexes.

Aujourd’hui, les militants attendent des mots forts de l’autorité du Président du PPM, pour consolider les repères identitaires d’union et de compromis, et pour aplanir les difficultés qui minent actuellement la sérénité au sein d’EPMN. Il faut aussi vite remettre les pendules à l’heure et demander que soient rangés les ego au placard, pour l’intérêt supérieur d’EPMN. Le risque à terme est de voir exploser l’alliance au simple profit d’ambitieux qui veulent se positionner, d’autant que l’on n’entend pas encore parler des turbulents de la Citerne qui sont les plus imprévisibles et qui ne devraient pas tarder à se manifester.

Comment les militants pourraient supporter la candidature à la direction d’un parti, d’un militant qui a foulé aux pieds ses règles les plus élémentaires?
Dans ce contexte il apparait comme une évidence que la candidature de Raphaël Séminor se présente comme une candidature d’apaisement salutaire pour le PPM.

Jean Claude Laurent

 

Charger d'autres écrits dans Politique

3 Commentaires

  1. Géraud

    24 juin, 2016 à 13:05

    IL URGE que le parti se ressaisisse et se mette en ordre de bataille.
    Toutefois, IL NE FAUT PAS S’ADONNER à une opposition systématique mais faire des contre-propositions notamment lors des plénières de la CTM.
    A cet égard, il eut été préférable que nos représentants restâmes lors du vote du premier budget de la CTM et fassent des contre-propositions PERTINENTES au lieu de déserter l’hémicycle juste avant le vote du budget primitif.

    La majorité aux commandes de la CTM commettra probablement des erreurs de gestion.
    Par conséquent rien ne sert de flageller les actuels dirigeants au moindre faux pas SOUS PEINE DE PERDRE en crédibilité aux yeux de la population.

    La direction du parti NE DOIT PAS tomber dans les mains d’un quidam qui s’en servira comme marchepied pour assouvir avant tout des ambitions personnelles.

    A priori la liste menée par Raphaël SEMINOR, injustement vilipendé il y a quelques mois de cela pour une affaire dans laquelle un membre de sa famille serait impliqué, paraît de nature à RENFLOUER le parti.

    Répondre

  2. Zandolifou

    7 juin, 2016 à 14:29

    Le crocodile

    Le crocodile n’a qu’une idée
    il voudrait dévorer Catherine
    qui habite près de la Latrine
    elle est chabine rouge et dodue à souhait
    Le crocodile est obsédé
    « ça devrait pas être difficile,
    pense-t-il, d’attraper cette fifille »
    Mais Catherine qui n’est pas Conne
    Ne s’approche pas de la mangrove
    elle se promène sur la grève
    mangeant des beignets de banane plantin
    et c’est seulement dans ses rêves
    que le crocodile croque Catherine.
    Qui est ce crocodile ?

    Répondre

  3. CONCONNE

    6 juin, 2016 à 20:07

    Monsieur Jean Claude Laurent :
    Afin de faire taire les légendes qui ont l’art d’être abondantes dès qu’il s’agit de ma personne :
    - aucune délibération du comité national du PPM n’a demandé ma démission à mon poste de la CTM.
    - personne, ni secrétaire général, ni président n’a demandé ma démission sous quelque forme que ce soit, aucune. Ni de vive voix, ni de manière épistolaire. Puisque vous semblez mieux connaître que quiconque ce qui se passe à Trenelle, je vous demande donc de produire ce document ou la preuve de cet échange qui aurait demandè officiellement ma démission. J’en suis preneuse même 6 mois plus tard.
    - en quoi serais-je le binôme de Camille Chauvet ? J’aimerais bien savoir, dans quel acte, quel pacte ce système a t-il été scellé ? Collègue oui, comme des 25 autres, mais binôme, non.
    Si une femme qui parle de façon déterminée, franche, argumentée et ferme (ce qui a été mon cas pendant 5 années de plénières rediffusées) à l’air de vous gêner, il faudra vous y habituer. Les minaudeuses timides et croulantes se feront de plus en plus rares ne vous en déplaise.
    Cette mise au point étant faite, je vous souhaite donc une bonne soirée Mr Jean Charles Laurent, si tant est que vous existiez.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

- Pour une dynamique de responsabilité

La meilleure définition que l’on pourrait donner de la politique au quotidien serait la su…