Le syndrome de la grève – Artisans taxi en colère

3 mai 2016

Economie

Le syndrome de la grève – Artisans taxi en colère

Par Roger Tranquille. Si certaines grèves sont justifiées, pour défendre des droits acquis, pour protester contre un licenciement jugé abusif, ou encore pour le non-respect de protocole, de convention collective, d’abus d’autorité, de harcèlement, bref, les motifs sont nombreux, d’autres le sont moins et il y a celles qui ne s’imposent pas le moins du monde, c’est à se demander si ceux qui déclenchent le mouvement ont pris le temps de réfléchir, et toute la mesure de cette décision.

Les taxis de place de l’aéroport 
Les artisans de ce secteur sont mécontents du TCSP, et demandent la suppression de l’arrêt de l’aéroport.
Ce qui est surprenant, c’est au moment où tout est mis en place, et prêt à fonctionner que les artisans se réveillent brusquement se rendant compte qu’il y aurait une gêne dans l’exercice de leur métier, avec une perte de recettes de 50%.
Visiblement la profession de fait pas dans la prospective, agissant au coup par coup.
Mais ce qui est plus important est le motif de ce mouvement qui donne l’impression que la décision de partir en grève incite à la réflexion.

Motif : perte de 50% des recettes
Quels passagers sont concernés par la station du TCSP de l’aéroport ?
Une quantité très infime de passagers, certainement les personnes qui travaillent à l’aéroport ou à proximité, ou encore des personnes qui vivent dans le quartier limitrophe de l’aéroport et très, très peu de passagers qui doivent prendre l’avion.
En effet, lorsque l’on part en voyage, plusieurs cas de figure se présentent.
Le voyageur d’affaire qui part le matin pour revenir en début de soirée, ou le lendemain possède une voiture, qu’il parque à l’aéroport, ou il a son chauffeur qui le dépose et revient le chercher

  1. Le voyageur de longue durée qui part, en vacances ou pour un autre motif possède un ou plusieurs bagages et valises. Ce voyageur vient de toutes les communes de la Martinique, or le TCSP ne dessert que Carrère, l’aéroport, Mahault/Lamentin, l’autoroute et ses arrêts, avec son terminus au centre de Fort de France.
  2. On voit mal ces personnes en provenance des communes de toute la Martinique prendre le TCSP pour se rendre à l’aéroport.
  3. Celui qui rentre en Martinique après une absence plus ou moins longue, évitera le TCSP, qui l’obligerait à prendre une correspondance, pour se rapprocher de son domicile, correspondance qui n’existe pas en l’état actuel de la situation.
  4. Celui qui se rend à l’aéroport, s’il veut prendre le TCSP, serait obligé de s’arrêter à une gare ou à un arrêt, entre seulement Carrère et Fort de France, monter dans le TCSP, avec toutes ses valises, et partir vers l’aéroport. Un scénario inimaginable, impliquant trop de perte de temps. Il convient de se rendre à l’évidence que la vocation première du TCSP n’est pas d’emmener cette catégorie de passagers à l’aéroport, ni d’en embarquer à l’arrêt de l’aéroport.

Oh non, pas question de penser que ces élégants artisans sont à la recherche d’un dédommagement financier, ces professionnels qui accueillent non seulement les locaux pour leurs déplacements, mais sont également les premiers contacts avec les touristes qui visitent le pays Martinique, en quittant l’aéroport !

L’inquiétude des artisans de taxis de place ne se justifie pas, et sans nul doute qu’ils s’en rendront compte à temps, avant que ne se déclenche une pagaille en période d’examens que les jeunes appréhendent déjà avec beaucoup d’inquiétude

Roger Tranquille

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus