Accueil Non classé Le mécontentement général se met en place !

Le mécontentement général se met en place !

ppc

C’est Philippe Pierre-Charles et Max Rustal, qui s’émeuvent à raison, dans un courrier daté du 22 avril 2016. Un appel à la vigilance de ces syndicalistes, qui se font le relai du tout nouveau syndicat au Club-Med qui proteste avec véhémence contre le licenciement qu’il juge illégal, d’un délégué syndical au Club Med…..Propriété de Yann Monplaisir….Rien que ça ! Ils dénoncent la gouvernance de la CTM, qui accuse l’ancienne majorité d’être à la tête d’une fronde de blocage du pays, une pure invention politicienne selon Pierre-Charles et Rustal qui ne sont pas loin de la vérité.

Extrait de la lettre de Philippe Pierre-Charles et Max Rustal
« Et voici le très politique patron, patriote récemment déclaré et propagandiste audacieux du moratoire social, qui dénonce avec fracas la manœuvre de déstabilisation politique ! Pas de veine toutefois puisque deux élus qu’on ne saurait soupçonner de sympathie pour EPMN, à savoir Jean-Philippe Nilor et Gémieux, le maire de Sainte-Anne, ne semblent guère de cet avis »
Assiste-ton au début de l’effritement de « Gran sanblé pou ba péyi a an chans ?
Ne serait-ce pas la mise en place d’un mécontentement général dans le pays Martinique ?

Volonté de faire comprendre et croire autre chose que la réalité
Messieurs Pierre-Charles et Rustal ne mâchent pas leurs mots, à l’adresse des élus de la CTM, lorsqu’ils font allusion à la paralysie programmée de la Martinique, suite à la grève entamée par des centaines de travailleurs, qui ne semblent avoir que très peu de chance de voir maintenus leurs emplois au sein de la toute nouvelle collectivité……Le passage qui suit est tout simplement édifiant, émanant de personnes dont la sympathie pour les nouveaux élus de la CTM, n’est un secret pour personne, comme quoi il ne faut pas tout confondre, et là, il convient de se poser les vraies questions :

Extrait de la lettre de Philippe Pierre-Charles et Max Rustal
« Des centaines de travailleuses et travailleurs de la jeune CTM ruent dans les brancards contre le refus de renouveler des contrats de travail dont près d’une centaine concernent des emplois durables indispensables au travail de la Collectivité, et voilà les dirigeants qui crient tous en chœur à la manœuvre politicienne de ceux de l’ancienne majorité qui n’acceptent pas le verdict des urnes… « C’est donc une paralysie politique du pays qui est organisée » ajoute le président de l’exécutif ».

Question : A qui profiterait cette basse manœuvre de faire croire ce qui n’est pas?
Il faut remonter à l’année 1971, lorsque le club brésilien du Santos Football-Club était venu jouer en Martinique. Une opération qui a couté très chère, compte tenu de la faible capacité du Stade Louis Achille, et bien entendu du cachet réclamé par les Brésiliens, cela induisait des tickets d’entrée au match relativement élevés, pas à la portée de toutes les bourses.On le sait tous, comme on dit, c’est le petit peuple qui est le plus intéressé par ce genre de match, d’autant que voir le roi Pelé en action, est inespéré

Exploitation de la situation.
Daniel Marie-Sainte en première ligne, aujourd’hui fidèle lieutenant et bras armé de Marie-Jeanne, avait profité de la situation pour organiser une fronde, une vaste opération de contestation dans le but uniquement de semer le trouble dans le pays……D’ailleurs il ne s’en est pas caché le moins du monde, dans une interview accordée au réalisateur Elie-dit-Cosaque, d’un documentaire diffusé sur Martinique 1ère.

Et aujourd’hui les vieux démons se réveillent?
La situation que vit la Martinique ressemble à s’y méprendre, à ce qui se serait passé, si la chaine de télévision publique, l’ORTF, avec le concours de la Préfecture et de la tutelle parisienne du média, n’avaient pris toutes dispositions utiles pour que la rencontre ne soit retransmise en direct à la télévision.

De nouveau Daniel Marie-Sainte aux commandes
Lorsque les élus de la CTM, Alfred Marie-Jeanne, flanqué de son lieutenant Daniel Marie-Sainte, affirment que tous les mouvements qui agitent la Martinique depuis plusieurs semaines, sont le fait de l’opposition qui n’accepte pas sa défaite, il y a lieu d’être surpris, car si la force de l’ancienne majorité est si puissante qu’ils le prétendent, pourquoi alors cette ancienne majorité aurait-elle perdu les élections de décembre 2015 ? La vérité, c’est que les Martiniquais se réveillent d’un mauvais rêve, et prennent conscience de ce qui se passe…….Un point c’est tout !

La stratégie de la diversion.
Chez nous les anciens disent : « pafè mwen bwè dlo mousach pou lèt », « Ne me faites pas avaler des couleuvres ».C’est bien ce qui se met en place, par ceux qui détiennent le pouvoir à la CTM, mais chacun constate aujourd’hui, que Marie-Jeanne et ses alliés se sont installés sans programme, avec des divergences idéologiques politiques diamétralement opposées, par conséquent incompatibles, et que cette CTM devient de plus en plus ingérable.Faire croire que l’ancienne majorité détient ce pouvoir d’instrumentaliser les syndicats, les lycéens, désemparés manifestant, exigeant la clarification de la situation de l’entité Lycée Schœlcher à moins de cinq mois de la prochaine rentrée, que des centaines de travailleurs se mettent en grève, pour réclamer la sécurité de l’emploi, est une gabegie !

La Martinique s’apprêterait elle à vivre des moments difficiles ?
Tout reste possible si, par son entêtement, l’équipe dirigeante de la CTM s’évertue à jouer les dictateurs, au lieu d’écouter, dialoguer, sinon qu’elle annonce franchement la couleur, que l’homme vertical cesse de faire des méandres, et la population martiniquaise décidera, les mots ne doivent pas faire peur. Daniel Marie-Sainte qui est loin d’être un saint, sait très bien que lorsque les jeunes et les syndicats descendent dans la rue, la situation peut exploser à tout moment.

Extrait de la lettre de messieurs Pierre-Charles et Rustal
« Le mouvement ouvrier et la jeunesse, toutes nuances confondues, doit porter la plus grande attention à faire échec aux argumentaires qui fleurent bon l’hypocrisie, et qui en réalité renforcent la bonne vieille idéologie dominante: « les syndicats sont politisés… les chefs sont des fonctionnaires…ils sont financés par l’étranger… leur but c’est de ruiner l’économie… leur objectif c’est de déstabiliser le système … etc.». Depuis les premiers balbutiements du mouvement syndical dans notre pays comme partout dans le monde, la bourgeoisie développe cette rengaine pour obtenir par le bourrage de crâne ce qu’elle n’arrive pas à imposer par la matraque et éventuellement le plomb. Ce discours visant à affaiblir les syndicats, à détourner les citoyens des vrais problèmes, à masquer les vraies responsabilités, les dispense en même temps de faire face à leur propre incapacité à tenir leurs promesses électorales, si tant est qu’ils n’en ont jamais eu l’intention ».

CQFD…Ce qu’il fallait démontrer !
C’est bien ce que cherche la gouvernance Alfred Marie-Jeanne / Daniel Marie-Sainte, mais les Martiniquais ne sont pas aussi bêtes que certains voudraient le faire croire, par des accès de colère mimés, par des éclats de voix qui sont d’une autre époque, des gesticulations qui avaient cours sur les habitations pour que le géreur affirme son autorité, par des semblants de paternalisme indécents, méprisants, la Martinique n’a pas besoin de se faire materner, et bien moins « paterner ».
Et puis, ce mot de l’ancien maire de Sainte-Anne, Garcin Malsa, président du MODEMAS qui enfonce le clou :

Extrait
 » En tant que militant martiniquais, je vis dans mes entrailles ce qui se passe au pays.Je suis atterré de voir qu’il n’y a pas encore de démarrage de la Collectivité de Martinique, et quand il n’y a pas de démarrage de la CTM, c’est tout le pays qui se trouve en panne. Il y a aujourd’hui des manifestations de travailleurs qui doivent être perçues de manière légitime. D’ailleurs, avec ceux qui sont au pouvoir aujourd’hui (Marie-Jeanne et Marie-Sainte), le principe de base que nous avions inculqué aux travailleurs était « action d’abord, négociation ensuite » . L’étau semble se resserrer bel et bien autour de la gouvernance de la CTM !

Où va-t-on ?
Dieu seul et Marie-Jeanne le savent, si ceux qui ont le pouvoir d’agir restent les bras croisés, laissant pourrir la situation, car il n’est pas question que les Martiniquais déclenchent une révolution, mais que le contre-pouvoir légitime actionne la sonnette d’alarme de manière démocratique, en conformité avec la réglementation en vigueur, Alfred Marie-Jeanne n’est pas un souverain absolu avec le droit de vie et de mort sur ses sujets. Il n’est que le président du Conseil exécutif de l’Assemblée de Martinique, et c’est déjà beaucoup.
Après un peu plus de trois mois de gouvernance, voilà où en ait le pays Martinique…..Au même point, sinon moins bien qu’en décembre 2015.

Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

Rentrée scolaire du 11 mai: le conseil scientifique prescrit les modalités

Le Conseil scientifique a pris acte de la décision politique de réouverture prudente et pr…