Trop facile d’évoquer une grève politique

15 avril 2016

Non classé, Politique, Social

Trop facile d’évoquer une grève politique

par Georgette Masson. Le président de « tous les martiniquais » a trouvé son angle de défense. Un angle facile ! Une fois de plus, jouer les victimes en bon tyran paranoïaque qu’il est, permettrait à ses yeux de faire oublier son incurie, au moins de la masquer.

Voilà maintenant 4 mois
Une collectivité est installée. Voilà maintenant 4 mois que le verdict des urnes a désigné un assemblage hétéroclite aux commandes du pays. Voilà maintenant 4 mois qu’une véritable chape de plomb a remplacé un ciel d’espoir, d’espérance et de paix sociale. Voilà maintenant 4 mois que des salariés sont complètement déçus, désabusés, tétanisés par l’inaction, l’arrêt brutal de toute initiative. Voilà maintenant 4 mois que des syndicats réclament des réunions, des séances de dialogue social tout à fait légitimes quand une nouvelle gouvernance prend le relais après des élections.
Car après 4 mois, il s’agit d’assumer, de ranger au placard, rancoeurs, rancunes et clameurs électorales et faire place au travail. Eh oui, au travail en toute responsabilité. Et parmi les tâches à assumer, il y a celle du dialogue à établir avec les désormais 4 000 salariés que compte cette nouvelle collectivité. Eh oui, il s’agit de créer la confiance, d’organiser, de se « marré les reins » pour mettre en harmonie les programmes et les moyens.

Et c’est là que le système atteint ses limites.
Programme ? Qu’en est-il ? Y en a t-il eu un ? Et lors de la fusion pendant cette nuit de décembre où tous les chats ont été gris, comment a t-on pu mettre en harmonie des communistes, des républicains de droite, des indépendantistes dont on ne connait pas le positionnement idéologique sinon sur la base d’une soif absolue de pouvoir…tout simplement de pouvoir.
Et maintenant, on a gagné ! Et maintenant, il faut travailler. Travailler à quoi, sur quoi, vers quel but ? That’s the question !
Et voilà que depuis 4 mois, un tyran s’est plus que jamais révélé. Complètement dopé, énivré par un pouvoir absolu, celui auquel il rêvait depuis plus de 50 ans, et là les méthodes inavouables laissent place à la démocratie, au débat et surtout, surtout au respect des institutions. Le comble, vous me direz pour un député.

Plusieurs demandes de rencontres.
Plusieurs jours de préavis de grève restés sans aucune réaction sinon des efforts vains de Miss Nunuche alias Marinette Torpille et d’un dogmatique peu initié au débat démocratique, Francis Carole. Envoyés au front, sans munitions, ils n’ont pu qu’évoquer la gouvernance passée auteur de tous les maux.
Et voilà, qu’après 4 mois, une réunion est enfin proposée par le « président de tous les martiniquais ».
Et voilà qu’après 4 mois, un véritable pitt est monté de toutes pièces, en la très digne salle de délibérations pour assurer l’accueil des délégations syndicales.

Du jamais vu ! Incroyable mais vrai !
Des partisans politiques, affidés aveuglés venus assurer les clameurs en faveur du grand chef, ce même monsieur qui parle de grève politique….
Et voilà qu’après 4 mois, des organisations syndicales se voient bafouées dans leurs droits élémentaires. Que dit Michel Branchi, du parti des travailleurs, père de la CGT ? Qu’en pense Daniel Marie-Sainte, grand chantre de la CSTM ? Tout ce petit monde serait-il anesthésié par la peur, les foudres du chef tout-puissant ?
Et pendant ce temps, voila qu’après 4 mois, un pays entier est bloqué, sans initiatives, la confiance patiemment installée désormais rompue par un ciel d’incertitudes, gris, très gris.

Voilà qu’après 4 mois.
les élus sont en formation permanente dans des commissions qui ne se contentent que d’auditions pour savoir, pour connaitre, pour découvrir et être au courant de ce que l’on aurait du savoir, connaître, découvrir et être au courant, bien avant la campagne électorale. Aucun dossier n’est présenté, sinon le très routinier renouvèlement, la très routinière mise à jour de ce qui se faisait,…avant, depuis longtemps.
Et voilà que depuis 4 mois, la vérité se fait jour, celle qui est têtue, a toujours raison, finit toujours par arriver là ou elle doit arriver. La vérité se fait jour sur les méthodes, pratiques et croyances distillées avec force conviction par des ambitieux du pouvoir, coûte que coûte, à tout prix, à n’importe quel prix.

Il y aura un après 13 décembre 2015…il y aura désormais aussi un avant 13 décembre 2015.

« On a beau peindre blanc le pied de l’arbre, la force de l’écorce en dessous crie »- Aimé Césaire

, ,

À propos de evolutionmartinique

Ce blog résulte d’une volonté partagée de ses auteurs d’informer le plus objectivement possible ses lecteurs sans concession, sans langue de bois, sans assujettissement politiques, sans tabou en portant un regard critique et constructif sur notre société, ceux qui la dirigent ou qui font son actualité. Nos principes découlent des valeurs qui nous animent : Ouverture : Indépendance : Liberté : Tolérance et Respect : Le contenu reflète les idées de leurs auteurs dans le respect de chacun, mais aussi de la loi, Une condition impérative s’applique à tous, c’est de de respecter les règles élémentaires de la civilité : les propos injurieux ou outranciers sont évidemment à proscrire. Un modérateur sera chargé de veiller à ce principe incontournable.

Voir tous les articles de evolutionmartinique

4 Réponses à “Trop facile d’évoquer une grève politique”

  1. josette Hilaire Dit :

    Entièrement de ton avis! Non à la dictature! Fok pa nou régrésé! Nou pa ni buswoin piess pè fouéta! Missié sé an nostalgik Ka chèché an kask kolonial pou tet li, mè i pa ouè ke i tro gran bay! I comprend ke sé an tan i té Ka rentré kay moune rivié pilot pou bat sa ki té lé kité locks yo poussé. Jodi jou i imin toute rastas pass i ni biswoin sé voix yo a pou vansé. Nou pa ni mémwa poul!!!!

    Répondre

  2. 100% Dit :

    Prochaine élection, le peuple va foutre le PPM dehors à la Mairie de FdF.

    Commencez à vous préparer, ça va faire encore plus male que la CTM

    Répondre

  3. chouchou Dit :

    Délicieux ! Tout est dit ! Bravo

    Répondre

  4. Brunette Belfan Dit :

    Merci ! Il y a 4 mois une partie du.peuple martiniquais s’est trompé ou à été dupé. Gran non pa ka ront . Alors n’attendons pas 4 autres mois pour aller dire à cet homme que nous avons assez de son incurie. Venons renforcer la mobilisation du personnel. L’avenir de notre pays est en jeu. Disons non au diktat de Marie Jeanne.

    Répondre

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus