CTM……Au point mort !

7 avril 2016

Actualités, Economie, Social

CTM……Au point mort !

Par Roger Tranquille. Nous l’annoncions, récemment, l’Assemblée de Martinique en plein brouillard, n’est pas au bout de ses difficultés, et les cent jours d’état de grâce, sont bouclés. Le malaise au sein du personnel que d’aucuns présentaient comme l’expression d’une hystérie, est pure vérité. Ce personnel a pleinement exprimé sa crainte ce mercredi 06 avril 2016, lors d’une plénière tenue à la mutualité, à l’appel du syndicat CGTM.

« Nous ne savons plus où nous en sommes, nous n’avons rien à faire, rien n’est défini », une stratégie pour démontrer que le personnel est trop important.
Un sentiment unanime, un cri de désespoir pour dire la crainte du pire qui peut survenir dans les prochaines semaines, car des contrats ne sont pas encore renouvelés, et pourraient ne pas l’être.

Que se passe-t-il ?
Difficile de répondre à cette énigme, et sans vouloir polémiquer, rien ne laissait prévoir une telle turbulence, avant les élections de décembre.
Avant Décembre 2015, les salaires étaient versés dans les délais, il n’était pas question de déficit pouvant grever le versement des salaires des agents, pas question non plus d’inquiétude du syndicat CGTM, quant à l’avenir du personnel.
Il semble bien que c’est le désordre le plus total, inquiétant, comme si rien ne s’est passé en Décembre 2015, qu’aucune fusion ne s’est opérée, comme si le Département et la Région fonctionnent, chacun de son côté, comme si aucune passerelle n’existe, alors que la CTM depuis trois mois a opéré la fusion entre la Région et le Département.

Entre 2010 et 2016
Daniel Marie-Sainte, très impatient n’avait pas de propos assez accusateur pour demander que soit avancée la date des élections pour la mise en place de la CTM, accusant la gouvernance en place de jouer les prolongations.

Que pensent ceux qui sont aux commandes depuis trois mois
Aujourd’hui aux affaires, l’équipe du tandem Lise – Marie-Jeanne est complètement perdue, avance toute sorte de « Kompè Lapin » (histoire ubuesque), pour justifier cette latence, qui devient de plus en plus inquiétante, car la situation du personnel n’est pas un cas isolé.

Le TCSP, l’arlésienne !
Le démarrage prévu pour décembre 2015, n’a pas eu lieu, il reste à régler dit-on des problèmes techniques, de formation d’une trentaine de conducteurs, de versement de la subvention de la CTM à la CACEM.
Et puis Alfred Marie-Jeanne n’a toujours pas digéré l’élection tout à fait démocratique du président du conseil d’administration du TCSP.
Daniel Marie-Sainte ne cesse de répandre la rumeur selon laquelle la majorité à la CTM n’a pas pu présenter un candidat, alors que Louis Boutrin a été battu par Morin de manière tout à fait régulière et démocratique (voir le PV de la réunion).
Des déclarations qui visent à justifier certainement des décisions qui pourraient intervenir prochainement….Sait-on jamais, au train où vont les prises de décision unilatérales.
Dans le meilleur des cas, la mise en service du TCSP se fera au début du mois de septembre……..A suivre avec beaucoup d’attention.

Et l’Assemblée de Martinique ?
Qu’en pense son Président, Claude Lise, décidément aux abonnés absents ?
Muet comme une carpe, comme s’il n’existait qu’une seule collectivité avec à sa tête, Alfred Marie-Jeanne.

La Martinique est à l’arrêt, c’est l’évidence…….Mesdames et messieurs de la CTM, « Debout là-dedans »

Roger Tranquille

, ,

5 Réponses à “CTM……Au point mort !”

  1. François Dit :

    Il faut que la France envoie une administration par intérim à la Martinique pour gérer ce territoire avant l’agonie des affaires publiques. Tous ceux qui veulent mener leur combats d’arrogance aujourd’hui, c’est le système colonial qui ont fait de tous ces individus ce qu’ils sont aujourd’hui. Il faut fermer la CTM, c’est la mission du préfet. Quand aux syndicats, 48 heures par an suffiront pour négocier dans les entreprises ou bien la suppression des salaires durant les arrêts de travail.

    Tout le tissu économique s’effrite comme un vieux torchon; le droit crée le non droit.

    Répondre

  2. François Dit :

    Bonjour,

    En 1970, la gestion des affaires publiques martiniquaises étaient confrontées à des débats centrés sur des querelles politiques au sein d’un seul organisme départemental et par la suite le conseil régional apparu. Nous sommes en 2016, cette même querelle refait surface dans la gestion des affaires publiques. Faut-il annuler la CTM par une décision de l’État afin que la vie publique revienne à la normale ? La démocratie ne fonctionne pas dans un pouvoir central. Il faut que le gouvernement français donne à la CTM une feuille de route parce que ce premier mandat restera dans un climat de conflits. Le chômage, la précarité, l’emploi,la sécurité ne seront pas à l’ordre du jour.

    Il faut rappeler aux Martiniquais que le droit de grève n’est pas un outil qui permet d’arrêter le travail, mais pour discuter des conditions de travail et ce droit ne devrait pas dépasser 48 heures dans une année par entreprise. Une journée de grève à la Martinique ampute le territoire de plus 10 de millions d’euros parce que les employés de l’État absorbent le 1/4 du budget. Vous remarquerez que nos politiciens les mieux rémunérés s’en foutent éperdument de la dégradation du dialogue social.

    Répondre

  3. Géraud Dit :

    @chouchou,

    SI NOUS NE VOULONS PAS CONNAÎTRE UN NOUVEAU REVERS lors des prochaines élections territoriales, NOUS NE DEVONS PAS FAIRE PREUVE DE FRILOSITÉ politique.

    L’EFFICACITÉ ÉLECTORALE doit présider à la désignation de la tête de liste.

    A QUI FERA T-ON CROIRE qu’il n’y a qu’un seul sauveur au sein d’EPMN pour nous conduire à la victoire ?
    Il y a des hommes et des femmes de valeur, de talents, issus DE TOUS les partis ou mouvements qui composent l’alliance, PARFAITEMENT CAPABLES d’éjecter démocratiquement la coalition actuellement à la tête de la CTM.

    POUR NE PAS AVOIR à revivre la déconvenue électorale du 13 décembre 2015, il serait PERTINENT que la désignation de la tête de liste ait lieu AU SCRUTIN SECRET ouvert à TOUS les militants à jour de leur cotisation de tous les partis adhérents à l’alliance pour éviter que le choix de la locomotive ne soit parasité par des considérations sentimentales ou autres.

    Le choix de la tête de liste est trop important pour qu’il soit fait à la légère.

    Il faut être bien conscient que le candidat qui aura l’écrasante responsabilité de conduire la liste d’EPMN doit être UN RASSEMBLEUR dans l’âme et bien sûr NE PAS CLIVER sous peine de partir avec un lourd handicap.

    Il faut avoir présent à l’esprit qu’une nouvelle défaite aux prochaines élections territoriales SONNERA LE GLAS d’EPMN et corollairement l’affaiblissement des partis adhérents ainsi que leurs dirigeants.

    Etant le parti prépondérant au sein de l’alliance, notre parti A LE PLUS à y perdre.

    Une tête de liste CRÉDIBLE issue d’un parti autre que le nôtre PRÉSENTE L’AVANTAGE d’épargner notre parti des CONSÉQUENCES DÉSASTREUSES d’un nouvel échec QUI N’EST PAS A ÉCARTER eu égard aux deux habiles manœuvriers de la politique qui sont aux commandes de la CTM et qui donc feront tout pour y être reconduit.

    Par conséquent, l’enjeu nous IMPOSE de mettre tous les atouts de notre côté pour ne pas avoir à déplorer une nouvelle défaite LÉTALE.

    NOUS SOMMES ASTREINT A UNE OBLIGATION DE RÉSULTAT.

    Toutes les suffisances démesurées et autre volonté hégémonique DOIVENT S’EFFACER devant le seul objectif qui vaille, à savoir la victoire car en cas de nouvel échec IL EST A CRAINDRE que des maires EPMN rejoindront le camp d’en face.
    D’ailleurs D’ORES ET DÉJÀ on assiste à un ralliement de certains d’entre eux comme celui de Sainte-Marie qui avait pourtant appelé à barrer la route à la liste adverse ou du Diamant dont la ville traverse des difficultés financières, pour ne citer que ceux-là.

    EPMN doit être un rassemblement ATTRACTIF comme L’A ÉTÉ l’alliance de l’eau et du feu (indépendantistes et départementalistes) qui visiblement A PLU au peuple puisqu’elle a remporté les premières territoriales.
    Si celle-ci obtient des résultats éloquents au terme de sa mandature, elle sera QUASI-INVINCIBLE.

    Répondre

  4. chouchou Dit :

    Manscour tête de liste pour les prochaines territoriales….allez j’ose un gros, un énorme, un immense MDR. Vraiment, si Manscour était un élu de poids, cela se saurait. Au secours, pas ça. il est à la tête d’une fédération moribonde, riche d’à peine 100 personnes. Qu’il commence à fournir son propre parti avant de regarder ce qui se passe chez les autres. les autres, pour parler d’eux, le PPM, riche d’un patrimoine politique immense, avec des victoires qui se comptent par centaines. Quel est son actif à ce Manscour ? Quand on regarde Trinité, on a vite résumé le truc. Que Manscour profite de son petit gâteau de député européen livré par des fées qui se sont penchées sur son berceau, tellement il n’est pas digne du poste et qu’il mette enfin à exécution sa grande promesse d’en finir avec la politique. Pa rété là Géraud et avertis nous quand tu auras une prochaine blague comme celle la. Manscour….un vernis en politique, à qui la politique a tout offert mais qui ne lui a rien donné en échange. Encore moins au pays…

    Répondre

  5. Géraud Dit :

    Cette grève qui intervient trois mois à peine après l’installation officielle de la Collectivité Territoriale de Martinique (CTM), POURRAIT être interprétée comme une manœuvre revancharde de notre camp après la cuisante défaite enregistrée aux dernières élections territoriales et témoigner de notre refus à admettre la sanction du peuple souverain.

    Le déclenchement de cette grève, après celle des sapeurs-pompiers, RISQUE de décrédibiliser l’action de nos représentants à la CTM.
    Car le peuple N’EST PAS DUPE et pourrait nous en vouloir de ne pas accorder à la majorité en place UN MINIMUM DE TEMPS pour appliquer son programme.

    Prenons donc garde à ne pas COMPROMETTRE notre retour aux affaires en jouant aux mauvais perdants.

    Nous disposons de cinq peut-être même six ans pour fustiger le moment venu le bilan de la majorité à la CTM.
    La majorité commettra NÉCESSAIREMENT des erreurs d’autant qu’elle est hétérogène.
    Faisons preuve D’UN PEU DE PATIENCE au lieu de courir le risque de perdre en crédibilité.
    La réflexion sur les raisons qui ont présidées à notre éjection par les électeurs NE DOIT PAS être négligée sous peine d’assister à une répétition de l’histoire lors des prochaines élections territoriales.

    A ce sujet, ne devons-nous pas nous interroger sur le choix de la tête de liste ?
    POURQUOI devrait-elle revenir OBLIGATOIREMENT au parti dominant au sein de l’alliance EPMN (Ensemble Pour une Martinique Nouvelle) ?
    Répondre par l’affirmative à cette question TÉMOIGNE DU PEU DE CONSIDÉRATION dans laquelle on tient nos partenaires.
    Ces derniers NE COMPTERAIENT-ILS PAS dans leur rang des personnalités à même de conduire AVEC SUCCÈS la prochaine liste d’EPMN ?
    Le député européen Louis-Joseph MANSCOUR n’est-il pas capable d’être une locomotive électorale EFFICACE pour remporter les prochaines élections territoriales ?

    Son passé électif, son expérience, son charisme, sa sagesse, son appartenance à un grand parti national qui compte de nombreux parlementaires et détient actuellement à nouveau le pouvoir exécutif, son intelligence politique, sa pondération, PLAIDENT en sa faveur.

    S’il a perdu d’une courte tête les élections législatives en 2012 dans la nouvelle circonscription du centre atlantique c’est en grande partie parce que l’ancien député Philippe EDMOND-MARIETTE a appelé à voter en faveur d’Alfred MARIE-JEANNE au second tour probablement pour se venger de son éviction de l’assemblée nationale par notre président de parti en 2007 alors que PEM n’avait pas démérité en tant que député sortant ET qu’il y avait une circonscription prédatable tenue par un député de droite, celle dite du Nord-Caraïbes qui regroupait la moitié des cantons de Fort-de-France TOUS ACQUIS à notre parti le PPM.
    Si LJM est de nouveau candidat aux élections législatives de 2017 dans la circonscription du centre atlantique, ses chances de gagner sont INDÉNIABLES.

    Si l’essentiel est de remporter les prochaines élections territoriales, alors DONNONS-NOUS-EN LES MOYENS en cédant la tête de liste à quelqu’un qui n’est pas encarté chez nous si la victoire commande cette concession car n’oublions pas que nos adversaires qui exultent aujourd’hui FERONT TOUT pour être reconduit à la tête de la CTM à l’issue de leur mandature.

    Au regard du score réalisé lors des élections territoriales, on peut se demander si notre député de Fort-de-France était LE BON CHEVAL pour nous mener à la victoire et S’IL LE SERA dans cinq ou six ans ?

    D’AUCUNS SONT SCEPTIQUES quant à ses capacités à mobiliser et convaincre.

    Nous ne devons pas faire l’économie d’une réflexion sur les capacités d’entraînement de notre président de parti qui CLIVE par ses prises de position et son comportement BELLIQUEUX.

    Répondre

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus