Accueil Actualités 13 décembre? Hé oui, un vrai « chat en sak »

13 décembre? Hé oui, un vrai « chat en sak »

image

Par Georgette Masson

La déontologie élémentaire qui préside à une candidature à un poste à responsabilités consiste a….écrire un programme. Eh oui, un programme sur lequel on peut être jugé, évalué et qui permet à un électeur de se faire un choix impartial loin des belles paroles et des jolis minois. Un programme étayé par des chiffres, des estimations, des états des lieux que l’on a pris le temps d’aller quérir pour juste savoir…au moins de quoi on parle.

Pour cette élection présentée comme ô combien importante pour une collectivité unique aux charges non moins lourdes, cette obligation devait être de mise.
Pour des raisons d’honnêteté, d’éthique et de déontologie élémentaires, avoir le pouvoir de faire, c’est une chose mais pour faire quoi, comment, avec quels moyens en sont une autre et non des moindres.
Eh voilà dans ce pays où l’on continue de croire aux dorlis et aux zombis, où l’on confond encore pistache et cacahuète, une équipe à l’attelage hétéroclite a réussi la prouesse de se dédouaner d’une telle obligation à « l’insu du plein gré » d’une majorité d’électeurs.
« Et maintenant, le pouvoir, nous l’avons, que faisons-nous ? ». Tel est le « bab » dans lequel se retrouvent non seulement les vainqueurs mais un pays tout entier.
Oui, il fallait détruire l’adversaire par tous les moyens, battre en brèche leurs chiffres et statistiques, nier et contester violemment tout progrès même quand il était bien visible dans « les cocos zié » de chacun. Le TCSP était un échec, le lycée Schoelcher, un champ de batailles ignoble, les finances, elles, encore un champ mais cette fois, de ruines, avec des emprunts jugés, exhorbitants, multipliés par 10 pour persuader coûte que coûte un électeur crédule. Rien ne marchait, rien n’avançait (euh avancer…vous avez dit…le mot était maudit) et l’équipe au pouvoir bonne à jeter aux chiens.
Quant aux leçons de bonne vertu, elles étaient largement diffusées avec des mots violents, fustigeant la paille dans l’oeil du voisin pour faire oublier le poteau planté dans le leur. Oui, il fallait lyncher les membres d’en face, les présenter comme des malhonnêtes, des voleurs, histoire de camoufler la triple mise en examen de la tête de liste et de sa famille pour des faits impliquant des fonds publics importants, de Joachim Bouquety, épinglé par la justice et lis en examen pour CORRUPTION et de Raphaël Martine fraichement condamné à de la prison avec sursis pour une sombre et douteuse affaire de marchés publics.
Le tour de passe passe, avouons le a été parfaitement réussi. Ou wè y ou pa wè y.
Alors, depuis maintenant 3 mois, une chape de plomb s’est abattue sur le pays, dense, lourde.
Rien ne se passe, pas le moindre battement de cil. On ne sait toujours pas qui dirige cet hydre a 2 têtes.
Alors, maintenant depuis 3 mois, on est en mode permanent d’état des lieux.
Alors, maintenant depuis 3 mois, on invite à tour de bras, tous les dignitaires du pays qui détiennent des chiffres et des statistiques.
Un coup, c’est le directeur de l’INSEE nationale qui vient confirmer les chiffres de la croissance et de l’emploi qui avaient été annoncés par les sortants,
Un autre coup, on nous parle qu’on ferait défiler des cadres de la CCI venus re, re et re présenter une énième fois, une étude zones d’activités à la DLC aujourd’hui atteinte et aux estimations rassis.
Ailleurs, c’est le président de la Chambre d’Agriculture qui est auditionné pour avoir des chiffres de ce secteur économique important, très certainement étonné qu’à ce stade on ne les connaitrait pas…
Sans compter, les grandes sorties en bus climatisé pour aller visiter des centres de formation que l’on devrait connaitre,….et les grands cours sur que signifie le RSA distillé magistralement,…
Alors, maintenant depuis 3 mois, des commissions « bidon » sans pouvoir, sans feuille de route complètement bouffées par l’autorité de ceux d’en haut, les grands ministres plénipotentiaires, vestés cravatés, tentent lamentablement de se réunir pour se donner une impression d’existence.
Pendant ce temps,…le temps court, il file à la vitesse grand V. Le pays qui ne supporte plus une seconde sans activités, n’en a d’ailleurs pas les moyens, est plongé dans une grande torpeur, tentant vainement de se débattre du mode molokoy dont il avait perdu l’habitude.
Rien ne se passe, rien ne se déclenche, rien ne se décide, rien…n’avance.
Et le dernier tour de passe-passe auquel on s’attend tous est annoncé pour cette fin de mois. Les élus, la presse et l’opinion seraient convoqués en grand’ messe (peut-être noire) pour l’apparition du dernier chat resté caché dans le sac : un brusque, inattendu et abyssal déficit qui viendra comme un argument de la dernière chance justifier de cette grand escroquerie historique que le pays vient de vivre…. »à l’insu de son plein gré ».
Georgette Masson
Charger d'autres écrits dans Actualités

Un commentaire

  1. DonaldDuck

    26 mars, 2016 à 6:39

    On attend le viaduc monplaisir sur la baie et le montant total des sommes versées à ses entreprises par la ctm Alfred Pipi.Le 29 mars on saura tout. Alfred pipi qui bloque les paiements avec des millions en caisse.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

- Le plan d’urgence est prêt

Les édiles étaient réunis samedi dernier à l’hôtel de Région pour une réunion d&rsqu…