La campagne des élections à la CTM joue les prolongations

La campagne des élections à la CTM joue les prolongations

Pas une semaine, sans des accusations qui fusent de toute part, des soit disant dépôts de plaintes, des contre-vérités et surtout les Martiniquais ne comprennent rien à rien. La convention passée en 2011, entre l’UAG (l’Université des Antilles et de la Guyane), et la Région Martinique, pour le stockage des archives de la Région Martinique est devenue l’affaire du siècle.

Le passé des archives
Arrivée à la gouvernance de la Région en 2010, la nouvelle équipe a trouvé des milliers de documents qui ne pouvaient plus être archivés dans les locaux de Plateau Roy.
Il devenait urgent de, non pas s’en débarrasser, mais de les archiver, certainement en attendant de trouver mieux et dans de meilleures conditions de conservation, car ceux d’avant n’y ont pas pensé.
Il en va de la mémoire administrative et politique de la collectivité, de la Martinique

En quelle année a été passée la convention ?
La convention entre l’UAG, et la Région a été conclue en 2011, soit un an après l’arrivée des successeurs de l’équipe d’Alfred Marie-Jeanne restée tout de même 12 ans aux affaires.

Quels sont les signataires de cette convention ?
Messieurs Saffache, pour le compte de l’UAG en sa qualité de Président, et Serge Letchimy, Président de Région.
L’UAG devient ensuite Université des Antilles et c’est madame Corinne Mencé-Caster qui est élue présidente, en 2013.

Incompréhension et paradoxe
De 2013 à 2016, la présidente de l’Université ignorerait l’existence d’une convention passée entre son prédécesseur à l’UAG, et le président de la Région Martinique, elle ignorerait l’existence des archives de la Région à la bibliothèque de l’UA. Difficile de l’admettre.
La convention passée entre l’UAG et la Région, précisait-elle que les archives seraient stockées dans un vide sanitaire ? Impossible, la Région aurait refusé.
Pourquoi les gouvernances d’avant 2010 ne se sont-elles jamais inquiétées des archives de la collectivité régionale, le volume de ces archives n’ayant pas été multipliés par 20 en un an ?

La campagne joue les prolongations….Et pourquoi ?
S’il y a eu légèreté de la part de la Région qui n’a certainement pas mis de son côté toutes les assurances sur la capacité de l’UAG à gérer les archives, il n’en demeure pas moins que l’existence de ces archives dans les locaux de Plateau Roy était une inquiétude évidente, et surtout un danger, c’était donc un moindre mal, avec la solution Université !

Les choses doivent être dites clairement
Qui a dénoncé les Marie-Jeanne, et celui qui serait le compagnon de la fille de l’actuel président du Conseil exécutif de la CTM, pour falsifications de document et faux en écriture?
Officiellement et judiciairement, pas l’entourage de Serge Letchimy, et là encore l’ex président de Région s’est montré magnanime dans doute, cela lui revient comme un boumerang au visage, son silence n’a pas arrangé les choses, il ne pouvait pas ignorer l’existence des documents présumés falsifiés, il fut gentil, en politique cela n’existe pas.
On peut comprendre sa répugnance à jouer les dénonciateurs, mais l’affaire s’est ensuite révélée grave au point que les trois personnes incriminées se retrouvent devant le tribunal.

La réponse du Gran Sanblé pou ba péyi a an chanss
Il faut trouver un bouc émissaire, trainer les perdants des dernières élections devant la justice, pour les exterminer……Quelle justice ?
Celle justement que les fans d’Alfred ont baptisé « JUSTICE COLONIALE ». Un coup c’est puant, un coup c’est bon!……..Et les Martiniquais dans tout ce migan la?

Roger Tranquille

, ,

2 Réponses à “La campagne des élections à la CTM joue les prolongations”

  1. Titi la mangouste Dit :

    La Martinique sombre corps et âme et c’est le choix du peuple. Il faut laisser couler et après on verra.Le mariage du 13 decembre 2015 a bien laissé l’image d’un président titubant guidé par son ostéopathe boutrin et le monplaisir rieux dit tout.Qui avait parlé de peuple étron ? Prémonitoires paroles.

    Répondre

  2. Chabine Dit :

    Il ne faut pas perdre de vue que cette présidente à cancans était au courant de la convention signée entre les deux présidents puisqu’elle était la seule restée autour du président Saffache après avoir fait le vide en éliminant les proches de ce dernier par mensonge, manipulation, trahison, perversité, etc.. Maintenant, elle passe son temps à lui chercher des ennuis. Elle a fait tout ce grabuge pour aider Marie-Jeanne dans ses problèmes judiciaires.
    Attention « Grand Sanblé », vous avez affaire à une ambitieuse mégalo qui ne tardera pas à vous étouffer, car dotée d’une ambition maladive.
    D’ailleurs, elle a préféré l’explosion de l’UAG que de laisser le tour de la présidence à la Guadeloupe ou à la Guyane parce qu’elle était certaine que son tripotage des listes électorales effectué quand elle était autour du président Saffache était une chance à ne pas laisser passer.

    Répondre

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus