Accueil Politique - Réaction du Recteur de l’Académie aux propos lui ayant été attribués

- Réaction du Recteur de l’Académie aux propos lui ayant été attribués

Le Recteur est outré que l’on ait pu lui prêter des propos qu’il jugerait évidemment lui-même inacceptables. Les propos qu’il a tenus lors d’une conférence à Saint-Domingue n’entretiennent en effet qu’un très lointain lien avec ce qui est prétendument rapporté. Il s’exprimait, à la demande des organisateurs, sur l’insertion professionnelle des jeunes en Martinique et s’appuyait, pour ce faire, sur le rapport du conseil économique et social régional de Martinique : « la jeunesse martiniquaise de 2010, priorités des deux prochaines décennies ».

Il a effectivement dit que la Martinique était un petit territoire comparé à celui de Saint-Domingue; il s’est inquiété, comme il a pu l’entendre formuler par de nombreux responsables martiniquais, de ce que des jeunes aujourd’hui aient pu ne jamais voir leur mère travailler, compte tenu du chômage persistant.

Quant au créole, comment pourrait-il en nier l’importance, lui qui est l’auteur d’une circulaire permettant à toute école de Martinique d’organiser un enseignement hebdomadaire de créole d’une heure et demie et ceci au détriment de l’enseignement du français? N’a-t-il pas également organisé la signature de la convention sur le créole entre le Président du Conseil Régional, Serge Letchimy et le Ministre de l’Education nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative, Luc Chatel ? Enfin, pour ce qui est de la littérature, non seulement il n’y a pas fait la moindre allusion, le thème ne s’y prêtant pas, mais sa lecture des grands classiques de la littérature antillaise est connue de tous.

Le Recteur s’interroge donc sur ce qui ressemble fort à une cabale et se dit très déçu qu’on ait pu prêter foi à des allégations aussi grossièrement construites. Enfin, pour ce qui concerne les affaires internes à l’administration de l’Éducation Nationale, le Recteur s’adressera très prochainement aux syndicats concernés et aux membres de la communauté éducative, comme il l’a toujours fait.

 

Charger d'autres écrits dans Politique

3 Commentaires

  1. Géraud

    7 janvier, 2012 à 13:26

    @stéphane,

    Malheureusement, ce rapport n’a pas été rendu public et son auteur ou l’ancien président du CESR de l’époque, gagnerait à donner son accord pour qu’il le soit afin que tout un chacun se fasse une idée précise sur cette affaire, qui visiblement n’en ait plus une après la mise au point du Recteur qui est tombé des nues après les réactions courroucées qu’il a entendu.

    On a du mal à comprendre et admettre comment l’ancien président du CESR ait pu accorder la caution du CESR à ce rapport stigmatisant, offrant ainsi SUR UN PLATEAU au Recteur ou à toute autre personne, un moyen de disculpation qui peut DIFFICILEMENT lui être contesté.

    Probablement obnubiler à stigmatiser de manière PAVLOVIENNE les allocataires du RMI, l’auteur du rapport, a fait fi de l’exploitation qui pourrait en être faite de son rapport.

    Une chose est sûre, cet auteur doit s’en mordre les doigts après le tôlé provoqué par cette affaire qui est retombée comme un soufflet.

    Répondre

  2. stéphane

    6 janvier, 2012 à 18:35

    Je vous rejoins Géraud concernant le Recteur ! Cependant avez-vous les conclusions du rapport du CESR concernant la jeunesse Martiniquaise?

    Répondre

  3. Géraud

    6 janvier, 2012 à 17:23

    Quand on voit les réactions scandalisées entendues après les propos qui ont été prêtés au Recteur, et corollairement l’offuscation de ce dernier, plus que jamais on se dit qu’il faut toujours SE GARDER de toute condamnation hâtive avant d’avoir entendu la personne qui est vilipendée dans une affaire.

    A cet égard, on se souvient d’une part des récentes émeutes survenues à Sainte-Thérèse consécutives à la fermeture administrative d’une épicerie, à la suite desquelles la première vice-présidente du conseil régional avait été fustigée, mais après l’avoir entendu, on ne pouvait QUE SOUSCRIRE à la façon dont elle avait géré cette affaire et on ne peut que déplorer qu’elle ait pu être ainsi mis INJUSTEMENT en accusation sans fondement, et d’autre part de la défense convaincante opposée par les élus du Mouvement Indépendantiste Martiniquais après l’audit financier et comptable accablant commandé par le conseil régional auprès d’un cabinet d’expert sur la gestion des finances par les patriotes.

    Après avoir entendu leurs contre-arguments, on est très SEPTIQUE au sujet de l’existence réelle du déficit imputable à la gestion de l’ancienne majorité régionale puisque les éléments étayés, apportés par celle-ci semblent objectivement, la disculper de toute mauvaise gestion.

    Dès lors, on a le fâcheux sentiment que la majorité régionale a voulu justifier par avance un probable insuccès de la politique qu’elle entend mettre en œuvre et une vraisemblable déception des électeurs pour non tenue des promesses faites durant la campagne des régionales.
    La majorité régionale actuelle doit s’évertuer à effacer ce sentiment partagé par BEAUCOUP de nos compatriotes et sympathisants INQUIETS, en redoublant d’efforts pour QU’AU MOINS LES PRINCIPALES PROMESSES soient tenues et elle en ait capable, nous en sommes CONVAINCU.

    Elle doit S’ABSTENIR DE S’EMBOURBER dans des tentatives de diversion CONTRE-PRODUCTIVES car le temps PRESSE.

    En effet, elle ne dispose véritablement que de deux années pleines (2012 et 2013), et encore, pour que les promesses faites deviennent réalité, l’année 2011 N’AYANT PAS été mise à profit.

    Dans l’affaire du Recteur, il conviendrait de s’en prendre non pas au Recteur lui-même mais AUX AUTEURS du rapport du Conseil Economique et Social Régional de Martinique consacré à la jeunesse martiniquaise de 2010, priorités des deux prochaines décennies puisque le Recteur s’est contenté de se faire l’écho du contenu de cedit rapport curieusement passé sous silence.

    Comme quoi, avant toute condamnation précipitée, il est essentiel de TOUJOURS ENTENDRE la personne qui est en passe d’être sacrifiée sur le bûcher.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

Guadeloupe : Sarkozy laisse nos élus jouer encore..

En priant les élus de poursuivre leur réflexion pour un projet de société guadeloupéen, le…