Accueil Politique - Vers la disparition des partis modérés martiniquais ?

- Vers la disparition des partis modérés martiniquais ?

5
0
22

vote.jpgL’application du projet de l’UMP, d’un vote à deux tours « sec » aux élections territoriales, que ne semble pas désavouer le Parti socialiste, l’autre grand parti national, entraînerait ni plus ni moins la disparition de la scène politique martiniquaise des partis modérés de droite et de gauche. La Martinique serait alors dans la situation de la Polynésie française où un parti autonomiste et un parti indépendantiste se disputent le pouvoir.

Le projet sarkoziste a pour objectif, en métropole, de régler leur sort aux petits partis qui, arrivés en troisième position, et au-delà, au premier tour des élections, ne pourront plus se maintenir au second. Ainsi ils ne pourront plus jouer les arbitres entre l’un des deux candidats susceptibles de l’emporter.

En termes de marginalité électorale, l’UMP et la FSM sont quasiment devenus pour la Martinique ce que sont, en métropole, le Front national, les écologistes, les communistes et l’extrême-gauche. En effet, les deux courants majoritaires de la Martinique sont celui des autonomistes, tendance PPM, et celui des autonomistes-indépendantistes, tendance MIM – RDM. Ainsi le mode de scrutin envisagé par l’UMP national limiterait le choix local entre deux courants nationalistes, excluant de fait du débat politique le courant modéré ex-départementaliste. La FSM semble bien avoir fait le choix de son absorption par le PPM et pris l’option de l’autonomie politique. Une partie de la droite pourrait être tentée de suivre l’exemple.

 

Par ailleurs, contrairement à ceux qui pensent qu’il suffira de calquer à l’outremer le projet national, il n’est pas raisonnable d’accorder aux élus des départements d’outre-mer le même statut électoral que ceux des collectivités de métropole. Les pouvoirs de ces derniers sont exclusivement liés à la gestion des territoires et ne sont le relais d’aucune possible ambition nationaliste et de rupture. En revanche, la participation des élus martiniquais au congrès sur l’évolution statutaire ainsi que le véritable pouvoir législatif qu’ils peuvent exercer par la voie des habilitations, leur confèrent – sauf à la Réunion – une dimension politique de tout premier ordre. Peut-on imaginer que, par leur exclusion mécanique du débat, la FSM et l’UMP-FMP, ou tout autre mouvement modéré de gauche ou de droite, soient définitivement exclus de la possibilité de se prononcer sur le statut ?

En Guadeloupe, quelqu’un s’en inquiète, qui est pourtant moins concerné en raison de la position majoritaire du camp modéré qu’il représente. Il s’appelle Victorin Lurel, celui qui, à la veille des consultations électorales organisées en Martinique et en Guyane, avouait sentir « une odeur de largage ».

On voudrait bien connaître sur le sujet la position des élus martiniquais de ce camp modéré. Ils sont aussi élus pour cela.

Yves-Léopold Monthieux

jeudi 6 mai 2010

  • yanick lahens

    Bain de lune

    Yannick LAHENS -  Ed. WESPIESER – Prix Femina 2014- Un matin, au lendemain d’une violente …
  • assemblée nationale

    Nou pé ké moli

    A ces gens qui nous traquent, nous citoyens sur les réseaux sociaux, pour déduire nos reve…
  • caddies-pleins-via-amitie2012-wordpress-com

    Ou ni an servo ou ni an lespwi pwen konsians

    Les temps que nous vivons en ce moment expriment, au-delà de l’exigence de Justice, le bes…
Charger d'autres articles liés
  • yanick lahens

    Bain de lune

    Yannick LAHENS -  Ed. WESPIESER – Prix Femina 2014- Un matin, au lendemain d’une violente …
  • assemblée nationale

    Nou pé ké moli

    A ces gens qui nous traquent, nous citoyens sur les réseaux sociaux, pour déduire nos reve…
  • caddies-pleins-via-amitie2012-wordpress-com

    Ou ni an servo ou ni an lespwi pwen konsians

    Les temps que nous vivons en ce moment expriment, au-delà de l’exigence de Justice, le bes…
Charger d'autres écrits par evolutionmartinique
Charger d'autres écrits dans Politique

5 Commentaires

  1. RALPH

    7 mai, 2010 à 9:56

    la FSM n’a pas fait l’option d’autonomie politique comme l’UMP local. Cette attelage pour les dernières régionales n’est que le résultat d’une tactique du 1er Fédéral en place pour ne pas prendre ses responsabilités en tant que chef de parti.Certes je l’admets la situation politique de la FSM n’est pas facile, elle s’exprime peu et affiche quasiment jamais sa position.Le Scrutin que propose L’UMP pourrait être sa chance de pouvoir se positionner sur l’échiquier politique , car les 2 courants qui dominent la vie politique locale n’ont pas encore réussi à faire admettre majoritairement leur idéologie au peuple, les 2 référendum nous le montre. Donc enterré très vite les partis modérés serait une erreur selon moi.

    Répondre

  2. Zébédé

    7 mai, 2010 à 8:34

    N’enterrons pas trop vite le scrutin à deux tours avec maintien des candidatures ayant réalisé des scores honorables. C’est vrai, dans leurs fantasmes les plus léonins, et le parti socialiste et l’UMP auraient bien aimé faire ce petit triumvirat à deux dont la lecture des Astérix nous a déjà donné un avant-goût (« et puis quand nous serons arrivés au pouvoir, je le ferai tout seul mon triumvirat »).

    En d’autres termes, si on les laissait aller sans retenue au bout de leurs délires totalitaires, ils proposeraient un vote obligatoire pour un candidat unique, bulletin unique évidemment, et contrôle des enveloppes avant remise dans l’urne pour bien s’assurer qu’il n’y a pas eu de fraude. Faute de pouvoir tirer à la courte-paille qui sera le parti unique, le PS et l’UMP (et les autres s’ils pouvaient) s’amusent à proposer la réforme évoquée dans l’article. Mais la ficelle est tellement grosse, et les menaces de châtiment de la part de l’électorat du Front national qui voterait socialiste d’une seule voix a été tellement bien comprise (pour une fois qu’ils comprennent quelque chose à l’UMP) qu’ils battent marche arrière, comme on dit chez nous.

    M. Fillon dont le bruit a couru qu’il n’était pas le moins enthousiaste à l’idée d’un scrutin bipolaire au deuxième tour essaie de calmer ses petits camarades de l’UMP qui se sont depuis quelques années spécialisés dans ce que l’on pourrait appeler le lancer du boomerang breveté UMP : celui qui ne revient pas quand on l’a lancé. L’UMP a fini par comprendre que les « spectateurs » en avaient assez de le recevoir en pleine poire, et chaque fois, ce cher boomerang breveté UMP.

    Que ce possible sursaut du respect de la pluralité démocratique en France ne nous console pas pour autant de la médiocrité de l’UMP locale : les résultats sont là, et ce sont comme d’habitude les mêmes qui veulent nous assurer qu’ils sont les porteurs du renouveau et de la reconquête… Et Kri / Et Kra

    Répondre

  3. abcx

    7 mai, 2010 à 8:10

    Le résultat des élections en Grande-Bretagne est la copie conforme de celui obtenu aux élections régionales. Un parti arrive en tête mais il n’a pas la majorité, un autre enlève la seconde place. En Martinique, en raison de la prime de 25% accordée à la liste arrivée en tête, celle-ci détient 63% des élus et devient le maître de la situation. Tandis que la 3ème liste disparait quasiment en terme d’élus. En Grande-Bretagne, cette troisième voie est la maîtresse du jeu et entend monnayer politiquement son choix. Ce cas de figure est fréquent en Allemagne où la troisième force a presque toujours fait partie du gouvernement, mais sur des positions politiques. Ce pouvait être aussi le cas au conseil général où la droite, elle aussi, la possibilité de faire un choix politique entre les deux principaux candidats à la présidence : voter pour celui qui accepterait de lui donner satisfaction sur un ou deux points de sa politique. Elle a préféré faire le choix du strapontin au lieu du choix politique qui aurait dû, par exemple, lui permettre de jouer un rôle plus digne lors du vote du conseil général sur le statut.

    Répondre

  4. virassamy joseph

    6 mai, 2010 à 20:45

    La FSM n’est pas morte et ne disparaitra pas. Son etat major a commis une erreur en ne prenant pas le parti du NON deux fois le 24 et le 10 janvier.
    Comme militant de ce parti, j’ai fait tout ce que j’ai pu pour leur expliquer cette grave erreur. Ils sont revenus sur le OUI le 10 parce que les militants ont nettement désavoué Louis-jo MANSCOUR, le premier fédéral, mais la majorité des militants étaient aussi pour le NON le 24.

    La conséquence indirecte en a été que le Parti n’a pas su, sous la piètre houlette du premier fédéral, présenter une liste aux régionales.
    Triste bilan, mais le parti ne disparaitra pas un un PPM élargi.Il renaitra sous le règne d’un autre premier Fédéral.

    J’avais aussi, dès novembre 2009, dans une « lettre ouverte à Miguel lAVENTURE » exhorté la droite à rester dans le camp du NON. Elle a fait un autre choix et son électorat traditionnel ne l’a pas suivi aux régionales.C’était plus que prévisible.

    triste bilan. triste visage de la droite qui, à une virgule près aurait disparu du second tour.

    Que d’erreurs des partis modérés!!!

    JV

    Répondre

  5. Curtis

    6 mai, 2010 à 18:39

    Monsieur Monthieux, devrais-je comprendre que la droite est condamné à jouer le rôle de la troisième roue indéfiniement?

    Ou est l’EGD (l’Etat Général de la Droite) ? Pas celui de Maignan qui n’a pas d’autre ambition que de faire barrage à une vrai réflexion, celle de la refonte de cette droite qui à mon avis en a tant besoin.

    Et puis il ne faudrait pas commettre l’erreur de certains que je cotoie de près qui prennent les jeunes les valorisent et les relaies au stade du marche pied en disant attendez ! c’est moi qui dit à quel moment vous irez ! Pour l’instant c’est moi et rien que moi.

    Je pense bien sûr à nos vieux mammouths attachés à leur pouvoir semblable à goloom Esméagold (Le seigneur des anneaux) mon précieux. Et triste fin pour Esméagold car c’est le pouvoir qui l’a tué.

    Cependant vous êtes habile de la plume et avez me semble t-il une bonne connaissance du terrain et de la vie politique je pense notamment à votre livre contre chronique de la vie politique Martiniquaise.

    Pourquoi ne prenez-vous pas en main cette reflexion?

    ou tout simplement,

    Pourquoi la droite ne vous associe pas à cette reflexion vu que vous n’avez jamais eu recours à un mandat électif tout en militant?

    Les bonnes idées sont-elles condamnées à rester sur le papier sans jamais avoir l’espoir de les mettre en oeuvre?

    Curtis…..

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

La Martinique sous emprise

Par Roger Tanquille Les réseaux sociaux s’affolent, des menaces à peine voilées fusent, de…