Accueil Politique Evolution institutionnelle - Guy Carcassone dans Politix ce vendredi

- Guy Carcassone dans Politix ce vendredi

L’invité de Politix, ce vendredi 8 janvier, sera Guy CARCASSONE. Le constitutionnaliste sera avec nous, à 7h20, pour évoquer la campagne actuelle sur le changement de statut. Il sera là aussi pour nous apporter les dernières précisions à connaître, avant de se décider…

Politix, sur Radio Martinique, avec Maurice VIOLTON.

Charger d'autres écrits dans Evolution institutionnelle

5 Commentaires

  1. Roger

    8 janvier, 2010 à 23:45

    Monsieur Guy CARCASSONNE est rémunéré pour dire ce que certains aimeraient entendre.
    A Madiana, il a feint de ne prendre position ni pour le 73 ni pour le 74, pour éviter la suspicion de l’auditorat.
    Mais il s’est retrouvé dans une position inconfortable quand un universitaire professeur de droit public depuis de nombreuses années lui a fait remarquer que dans l’article 74, le domaine social continuerait à relever du régime de l’identité législative si sa gestion n’était pas transférer à la collectivité Martiniquaise.
    Evidence qu’il a été obligé de reconnaître non sans essayer de distiller la peur à l’endroit de la frange la plus discriminée de notre société, en affirmant que des éventuels nouveaux droits pourraient ne pas être étendus à la Martinique, en parfaite contradiction donc avec la reconnaissance de la justesse de la remarque fondée du professeur de droit public.
    L’intervention de monsieur Guy CARCASSONNE sur les antennes de RFO radio, programmée juste avant la fin de la campagne officielle dans les médias, n’est pas de nature à surprendre tous ceux qui ont compris que les journalistes Martiniquais sont contraints d’obtempérer aux ordres des dirigeants des médias que le téléspectateurs, les auditeurs et lecteurs ne voient ou n’entendent jamais, et prend la forme d’une piqûre de rappel en dépit des contradictions qui ont été relevées lors de sa prestation commandée à Madiana.
    Tout est mis en oeuvre par les dirigeants des médias pour aboutir à un échec de la consultation du 10 janvier comme en 2003.
    N’évoquons pas les sondages, dénués de crédibilité car construits à partir de données sujettes à caution, qui si le OUI l’emporte le 10 janvier malgré tout, doivent amener les instituts qui les réalisent à s’abstenir d’en faire à l’avenir s’ils ont un minimum d’éthique.
    On se souvient des sondages effectués en vue de la consultation du 7 décembre 2003, qui s’étaient révélés non fiables au vu du résultat du scrutin.
    Donc, il ne faut surtout pas en vouloir à nos journalistes Martiniquais qui font leur travail du mieux qu’ils peuvent puisqu’ils obéissent aux dirigeants tapis dans l’ombre et qui se bornent à tirer les ficelles.

    Répondre

  2. JC Dupont

    8 janvier, 2010 à 2:34

    Roger,j’étais à Madiana et si vous avez trouvé CARCASSONNE partisan du 73, je l’ai trouvé quant à moi tout à fait « pro-74″ en ne disant pas l’évidence : QU’UNE PETITE ILE PAUVRE DE LA CARAIBE A INTERET A RESTER DANS LE GIRON D’UNE GRANDE NATION (Art. 73) plutôt que de devenir autonome (74)!.

    Car l’autonomie aurait peut être un sens si elle n’était pronée QUE par gens FACHES LES CHIFFRES qui parlent de ce qu’ils ne connaissent pas, persuadés qu’ils sont que le monde est mû par le VERBE (juridique, administratif, bureaucratique, et àl’occasion poétique). L’autonomie aurait un sens et une crédibilité si elle était économique.

    CARCASSONNE s’est voulu tellement peu partisan de l’un ou de l’autre des 2 statuts proposés qu’iln’a même pas dit cela, préférant parler en termes très flous de « projet ». Au total, sa prestation n’a rien apporté au débat …

    Répondre

  3. vive

    8 janvier, 2010 à 1:47

    Pardonnez moi Roger, mais Mme Le POURHIET avait parfaitement raison et elle persiste et signe : NON le 10 et NON le 24, elle est parfaitement cohérente!! Si la classe politique, qui à l’époque 2003 demandait a voter contre, semble ne plus savoir où se situer, ça n’es pas de la faute de Mme.Le POURHIET.
    judicierement elle a raison et nous la remerçions de faire le travail d’information qu’elle ose faire.
    Ce qui est térrifiant c’est que les sondages donnent le oui gaganant le 24 et c’est là où nous tomberons dans le piège de sarko&co: ce que nous aurons réussi a éviter le 10 nous l’aurons le 24, car la question est un piège pour nous faire accepter le 24 ce que nous aurons refusé le 10!!
    Martiniquais, réveillons nous, ne nous laissons pas avoir!! Après il sera trop tard!! Ne prenons pas de risques!!! Nom de dieu REVEILLONS NOUS, ne nous nous laissons pas faire!!!

    Répondre

  4. Roger

    7 janvier, 2010 à 23:27

    Comme par hasard, un constitutionnaliste, qui intervient juste avant que ne prenne fin la campagne officielle, après avoir donné une conférence à Madiana, contre monnaie sonnante et trébuchante pour apeurer les bénéficiaires des minima sociaux, sur invitation des mêmes qui ont, comme en 2003, eu recours à l’agitation de l’épouvantail avec le placardage d’affiches où le terme « destin » est employé sans arrière pensée n’est-ce pas.
    Tous ces éminents spécialistes en droit public, ne se rendent même pas compte qu’ils perdent en crédibilité auprès des Martiniquais qui en connaît un rayon avec Anne-Marie Le POURHIET, Professeur de droit public, agrégé des Universités, qui affirmait de manière péremptoire dans un article daté du 27 octobre 2003, à propos du projet d’évolution institutionnelle soumis au vote des électeurs de la Martinique et non des électeurs Martiniquais :

    « En effet, il est totalement faux de présenter le projet qui va être soumis à la population antillaise comme une simple réforme administrative ou une pure simplification alors qu’il s’agit bien d’un changement total de statut dans la République. Il y a donc bel et bien un changement de statut, le nier est parfaitement insensé et ridicule ».

    Et aujourd’hui, on voit les détracteurs du projet de 2003 se prononcer, sans la moindre réserve, en faveur du projet d’évolution institutionnelle de 2010 qui est indentique à celui de 2003.
    Peut-être de Guy CARCASSONNE va tenter d’assouplir son discours pour ne pas perdre en crédibilité, compte tenu que les électeurs Guyanais s’apprêtent à voter OUI à l’article 74 le 10 janvier et que les Martiniquais comprendront après coup qu’une fois de plus on les a fait peur en diabolisant l’article 74.

    Répondre

  5. zorro

    7 janvier, 2010 à 21:58

    Tchip…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

Outremer…Suppression des 40%…..Baignade en eaux troubles.

C’est bien Nicolas Sarkozy, ancien président de la République en campagne depuis 4 ans pou…