Accueil Politique Evolution institutionnelle L’évolution institutionnelle vue par DSL

L’évolution institutionnelle vue par DSL

0
65
alex doens

L’Histoire ne doit être ni un alibi pour patauger dans l’erreur, ni un passé à balayer d’un revers de main, mais un recueil non travesti de faits objectifs antérieurs, parfois pas si vieux que ça au regard du propos présent.

Retour 5 ans ½ en arrière pour la consultation du 7 décembre 2003 à propos de la transformation institutionnelle de la Martinique (Département et Région) en collectivité unique. En cette circonstance précise comme en n’importe quelle autre, il ne peut se concevoir de changement sans marges d’incertitude et d’inconnu. Et des zones d’inconnu , opportunément baptisées « chat en sak », avaient permis aux structures politiques FMP/RPR et quelques autres « figures » de faire campagne contre cette évolution lui préférant, en alternative, quelque chose de plus suiviste (référence à Paris) à savoir une assemblée délibérante commune au Département et à la Région. Nul ne saura jamais où se serait située la vraie efficacité de cet avatar la où une collectivité unique semblait être la simplicité et le bon sens même (le statuquo intégral paraissait même plus lisible).

Les zones d’ombres incriminées à l’époque ayant aujourd’hui été clarifiées (ou plutôt traitées avec des réponses discutables), les structures FMP/UMP expriment leur accord pour la collectivité unique laissant même entrevoir, par largesse de langage interposée, qu’il y a belle lurette qu’ils sont adeptes de cette solution. Eh bien dont acte.

DSL, convaincue que les Martiniquais, loin d’être des suivistes irréductibles, ont vocation de pionnier, d’innovateur, de précurseur et d’initiateur à assumer (le chantier BALLADUR semble en attester), avait soutenu le « OUI » en 2003 car la révision constitutionnelle toute fraiche (février 2003) pouvait autoriser quelques zones d’ombres, erreurs de jeunesse, sans dommages sévères du fait de leur circonscription au périmètre de l’article 73.

De plus l’expérimentation de la formule pendant une première mandature aurait à coup sûr révélé les imperfections et provoqué les corrections. Pour autant, DSL n’avait pas perdu de vue le chantier et en 2007, 2008 et 2009, elle avait publié dans la presse des points de vue rappelant la pertinence à remettre ce processus en chantier en respectant une démarche stricte visant à séparer en étapes consécutives la partie rationalisation institutionnelle de la partie modification statutaire. Evidemment cet appel n’avait pas eu d’écho (médiatique ?) mais ce même propos repris en 2009 par quelques uns, entre autres venus des hautes sphères de l’hexagone prend des allures de message, de révélation quasi-divine !!! Bref, tchoué cozé a. Aujourd’hui, la décision par le congrès des élus de Martinique de « packager » en une formule forfaitaire « à prendre ou à laisser » la rationalisation institutionnelle d’une part et le changement statutaire d’autre part, ne peut plus bénéficier de la même indulgence d’analyse critique sur beaucoup d’aspects importants et en tout premier lieu celui de réglementation du processus :

1°) du fait qu’il ait été acté lors des congrès de 2002/2003 à l’occasion d’un travail ayant en ligne de mire la simplification institutionnelle comme avancée de première urgence, considérer le choix du mode de scrutin à la proportionnelle intégrale sur 1 circonscription unique comme tranché et définitif, est absolument abusif

2°) l’absence de contrepouvoir local formel est pour le moins préoccupante

3°) la forme d’exécutif choisie lors du congrès 2008/2009 suscite moult interrogations.

Bref ces 3 premiers écueils de règlement repérés, en attendant ceux de fond, sont trop importants pour être passés sous silence et encore moins par pertes et profits.

DSL, sans perdre de vue le fond du débat, attire l’attention de tous les citoyens sur ces préalables, minimisés dans l’excitation et la précipitation générales, peut être volontairement ?, et les invite à une première séance d’échanges sur le sujet le jeudi 9 juillet à 18h au Centre International de Séjour Martinique à l’Etang-Zabricots, F-de-F.

Charger d'autres écrits dans Evolution institutionnelle
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

- La Martinique ne doit pas être une simple entité administrative

 Meeting du MAP le 28 novembre 2009 au Grand Carbet Intervention de Patrice DINTIMILLE « P…