Accueil Politique Evolution institutionnelle - Les parlementaires ont dit

- Les parlementaires ont dit

assemblée nationale

Serge Letchimy, député du Centre : «Maintenant les choses sont claires»
«Le président de la République a clairement parlé de processus et c’est exactement ce que nous demandons. Dois-je préciser que nous n’avons jamais dit que l’article 74 était une porte de sortie de la République. Un processus sera engagé et il a parlé de quatre à six ans. Si cela est retenu, cela donnera le temps de modifier ce qui doit l’être, y compris dans la Constitution. Cela devra être viable. Maintenant, il faudra passer par une première consultation de la population et une deuxième sur la finalité du cadre juridique. Mais c’est le peuple qui choisira et nous en prendrons acte».

Alfred Almont, député du Nord Caraïbe : «Apporter des réponses aux questions posées»
« Nous avons entendu une belle leçon de vérité. Le président a traduit dans son discours qu’il a bien entendu nos populations et leurs voeux de cohésion et de responsabilité. L’élément nouveau, c’est que nous allons devoir voter dans le cadre d’une consultation locale pour choisir les voies de notre développement futur. Je m’en réjouis parce qu’il est temps d’apporter des réponses aux questions posées. »

Louis-Joseph Manscour, député du Nord Atlantique : « Encore dans le flou»
«
 Le président est d’une habileté déconcertante. Il a dit très clairement qu’il va consulter le peuple, pour obéir aux décisions prises par le Congrès. Il nous a énuméré toutes les possibilités sans préciser sa préférence, ni donner d’échéancier. J’ai cru comprendre qu’il a voulu intégrer l’évolution institutionnelle dans le processus de réforme nationale. Nous restons encore dans le flou »

Serge Larcher, sénateur :
« Il y a tout dans son discours. Il dit qu’il n’est pas question d’indépendance ni de sortie de l’Europe, mais tout de suite après, il prévient qu’avec l’article 74, la nouvelle collectivité devra assurer sur ses propres fonds les compétences octroyées. Il rassure d’un côté et dit de l’autre des choses qui peuvent être inquiétantes. C’est à nous Martiniquais de trancher et de savoir ce que nous voulons, toutes tendances confondues. »

(France-Antilles)

Charger d'autres écrits dans Evolution institutionnelle
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

- La Polynésie française et l’Union Européenne

  Historiquement, la relation entre la Polynésie française et l’Union européenne n’a jamai…